• Contact
  • Connexion

République démocratique du Congo

Des organisations paysannes déterminées

Dans les différentes provinces de la RDC, les agriculteurs, pêcheurs, éleveurs, apiculteurs et transformatrices continuent à s’organiser en fonction des spécificités de leur milieu. Mais la vitesse à laquelle ces Organisations paysannes évoluent dépend largement des opportunités économiques, du leadership, et des appuis externes dont elles peuvent bénéficier.

Pour retracer l’histoire récente des organisations paysannes congolaises, il faut remonter à l’année 1990. Le régime de Mobutu a alors dû emboîter le pas de la démocratisation en Afrique. Dans tous les secteurs de la société congolaise, la population a commencé à se structurer pour faire valoir ses intérêts spécifiques. Il en fut ainsi dans le secteur agricole.

Dans les trois provinces du Kivu, à l’est du Congo, après de nombreuses années de répression de la liberté d’expression et de centralisation du pouvoir au niveau du Parti État à Kinshasa, des ONG commencèrent à promouvoir des syndicats paysans. Solidarité paysanne, qui avait déjà aidé, dans les années 80, les paysans et paysannes à se doter d’une Fédération régionale des coopératives paysannes (Fercop) et d’une Union de femmes paysannes du Kivu (Uwaki), facilitait la création du Syndicat d’alliance paysanne
(SAP). Au Nord-Kivu, une jeune ONG nommée le Conseil technique pour le développement rural (Coteder) a quant à elle promu la création du Syndicat de défense des intérêts paysans (Sydip). Ce dernier a par la suite été le pivot dans la structuration du mouvement paysan en RDC.

Lire la suite en téléchargeant l’article complet ci-dessous ou sur : http://lavoixdupaysancongolais.files.wordpress.com/2011/08/dc3a9fis-sud_rdc_organisations_paysannes_congo.pdf

Télécharger RDC - Organisations paysannes - F. van Hoof PDF - 230.7 ko

Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du CETRI.