A propos du CETRI

Le Centre tricontinental (CETRI), organisation non gouvernementale fondée en 1976 et basée à Louvain-la-Neuve (Belgique), est un centre d’étude, de publication, de documentation et d’éducation permanente sur le développement et les rapports Nord-Sud. Le CETRI a pour objectif de faire entendre des points de vue du Sud et de contribuer à une réflexion critique sur les conceptions et les pratiques dominantes du développement à l’heure de la mondialisation néolibérale. Il s’attache en particulier à la compréhension et à la discussion du rôle des acteurs sociaux et politiques du Sud en lutte pour la reconnaissance des droits sociaux, politiques, culturels et écologiques.

Les activités du CETRI sont de quatre types : étude, formation, publication, documentation. Le rôle des mouvements sociaux dans le Sud, la dynamique du mouvement altermondialiste, l’évolution des démocraties en Amérique latine, la portée des alternatives sociales et politiques dans le Sud, les logiques et conséquences des ajustements structurels et de l’aide au développement... constituent les principaux thèmes des travaux de ces dernières années.

Activités permanentes du CETRI :

— Alternatives Sud  : publication trimestrielle créée en 1994 visant à faire connaître des points de vue critiques de chercheurs militants du Sud sur les enjeux du développement et de la mondialisation.

— État des résistances dans le Sud  : publication annuelle offrant un panorama mondial de la diversité et de la vigueur des luttes sociales contre le néolibéralisme et pour la démocratie.

— Actualité des mouvements sociaux du Sud : bibliothèque virtuelle (www.cetri.be) multilingue, alimentée quotidiennement, d’articles d’actualité et de fond sur les acteurs sociaux d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, mobilisés pour la démocratisation des sociétés.

— Centre de documentation : centre physique (à Louvain-la-Neuve) et virtuel (www.sudoc.be) qui met à la disposition de ses visiteurs un fonds documentaire constitué de quelque 300 collections actualisées de périodiques, revues et bulletins d’informations, essentiellement du Sud, sur les problématiques du développement, des rapports Nord-Sud et de la mondialisation.

Parallèlement, le CETRI mène diverses études et recherches, prépare des ouvrages et des dossiers pédagogiques, organise des formations et donne des conférences sur ses thèmes d’intérêt.

Le CETRI réalise l’essentiel de ses travaux dans le cadre d’un réseau d’instituts, de centres d’études, d’ONG et de mouvements partenaires d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie. Il est notamment actif au sein du Conseil international du Forum social mondial. En Belgique, le CETRI est membre du Centre national de coopération au développement (CNCD) et de la Fédération francophone et germanophone des associations de coopération au développement (Acodev).

« Vision et mission » du CETRI

1. « Vision » du CETRI

La perception et la compréhension que le CETRI a aujourd’hui de la mondialisation
et du développement peuvent être synthétisées schématiquement en cinq grandes lignes de
force thématiques et interdépendantes :

1. La mondialisation, comprise ici comme l’augmentation des interdépendances
entre sociétés du Nord et du Sud, a été dominée ces trente dernières années par la
libéralisation des marchés et l’extension, à l’échelle du monde, d’un modèle de
développement productiviste. Ce double mouvement a débouché sur une aggravation des
inégalités sociales – avec la cohorte des « perdants » de la mondialisation – et une
dégradation accélérée de l’environnement.

2. Sur la même période s’est renforcée la volonté politique des élites du Nord
d’influer sur les modes d’organisation internes des pays les plus pauvres : développement
d’une « conditionnalité » économique, institutionnelle, sociétale, environnementale ;
interventionnisme militaro-humanitaire ; mise sous tutelle d’États jugés « faillis »... Une
tendance non dénuée d’intérêts économiques et géopolitiques, vécue localement sur le mode
de l’ingérence.

3. La montée en puissance des pays émergents depuis le tournant du millénaire
amorce cependant un mouvement de reconfiguration des rapports de force internationaux,
qui fragilise la tendance précitée et entame l’hégémonie occidentale dans les débats
internationaux sur le commerce, le système financier, le climat... Cette évolution majeure
est source d’incertitudes, de risques et de possibles, dans la quête d’une gouvernance
mondiale, à la fois démocratique et efficace.

4. Sur le front du développement, le rôle de l’État dans les stratégies de
croissance est en voie de réhabilitation - sur le mode prudent de la « bonne gouvernance »
dans les stratégies de lutte contre la pauvreté des coopérations, sur celui plus volontariste de
l’investissement productif, potentiellement redistributif - dans les pays émergents. Dans un
cas comme dans l’autre, le biais productiviste est confirmé, au détriment des communautés
locales et des ressources naturelles. A un autre niveau, le manque de cohérence des
politiques des pays riches vis-à-vis du développement sape les résultats des efforts qu’ils
consentent via l’aide.

5. Des résistances et des alternatives à ces tendances dominantes existent. En
Asie, en Afrique et en Amérique latine, elles peuvent prendre la forme d’initiatives
citoyennes, de mobilisations populaires et de mouvements démocratiques d’affirmation
culturelle, sociale et/ou politique. Bien qu’elles ne soient pas dénuées d’ambiguïtés, ces
sociétés civiles constituent un levier privilégié de changements dans le sens de la justice sociale, de la reconnaissance des diversités, du développement durable, de l’égalité
hommes-femmes, de la souveraineté et de la participation.

2. « Mission » du CETRI

La « mission » que le CETRI, en tant qu’ONG belge francophone d’étude, de
formation et d’éducation au développement, entend assurer dans ce cadre est établie à partir
d’une estimation lucide de ses capacités d’incidence sur les réalités inégalitaires des
rapports Nord-Sud et sur les stratégies de développement dominantes.

1. Globalement, il s’agit pour le CETRI de participer à la promotion d’un
développement démocratique, durable et solidaire, en particulier dans les pays d’Afrique,
d’Amérique latine et d’Asie. Celui-ci passe nécessairement par des changements sociaux
qui visent la satisfaction des besoins de base des secteurs populaires (santé, souveraineté
alimentaire, vie digne et travail décent…), l’égalité hommes - femmes, le respect de
l’environnement, l’abolition de toute forme d’exploitation et de discrimination,
l’émancipation individuelle et collective, et la démocratisation en profondeur, sociale,
politique et culturelle, des sociétés concernées.

2. Pour y parvenir, parmi les différents niveaux d’implication possibles en
matière de solidarité Nord-Sud, le CETRI privilégie, sur base d’un travail permanent
d’analyses approfondies des réalités, les activités d’information, d’éducation, de formation
et de conseil, autrement dit, le renforcement des capacités de compréhension et d’analyse
des causes de la pauvreté et des inégalités, des mécanismes du mal-développement, des
propositions alternatives et des dynamiques sociales porteuses de changements.

3. Cette option stratégique repose sur l’idée que la capacité d’action, de
proposition, d’innovation, de pression d’un acteur ou d’une collectivité - en matière de
sensibilisation, d’éducation, de plaidoyer et de décision politiques - est intrinsèquement liée
à sa perception et à sa capacité de compréhension et d’analyse des problèmes. Aborder les
sociétés, les rapports Nord-Sud, les inégalités de développement comme des constructions
sociales et humaines, c’est aider les opinions publiques et les acteurs sociaux à prendre
conscience de leurs capacités d’incidence sur ces réalités.

4. Plus précisément et en synthèse, il s’agit donc pour le CETRI d’élucider, à
destination de ses publics cibles - « faiseurs d’opinion », public « averti », acteurs de la
solidarité internationale, etc. -, les défis que la mondialisation, dans sa logique et ses effets,
pose aux sociétés « développées » et « en voie de développement ». Et ce, principalement
par le relais et la mise en discussion de « points de vue du Sud » analytiques, critiques et
promoteurs d’alternatives pratiques ou théoriques au modèle de développement dominant.

Les instances du CETRI

Centre tricontinental - CETRI, asbl
N° d’entreprise 461 076 236
Avenue Ste Gertrude 5
1348 Louvain-la-Neuve

Assemblée générale du CETRI
(au 24 mai 2012)

Membres

Guy Bajoit (président CA)

Jacques Bastin (CA)

Edmond Legros (CA)

Francine Mestrum (CA)

Karen Bahr

Frédéric Debuyst

Michel Elias

Isabelle Ferreras

Daisy Herman

Edouard Houtart

Andreia Lemaître

Frédéric Ligot

Jorge Magasisch

Michel Molitor

Geoffrey Pleyers

Véronique Rousseau

Oumou Zé

Le Centre tricontinental (CETRI), organisation non gouvernementale fondée en 1976 et basée à Louvain-la-Neuve (Belgique), est un centre d'étude, de publication, de documentation et d'éducation permanente sur le développement et les rapports Nord-Sud. Le CETRI a pour objectif de faire entendre des points de vue du Sud et de contribuer à une réflexion critique sur les conceptions et les pratiques dominantes du développement à l'heure de la mondialisation néolibérale. Il s'attache en particulier à la compréhension et à la discussion du rôle des acteurs sociaux et politiques du Sud en lutte pour la reconnaissance des droits sociaux, politiques, culturels et écologiques.

Les activités du CETRI sont de quatre types : étude, formation, publication, documentation. Le rôle des mouvements sociaux dans le Sud, la dynamique du mouvement altermondialiste, l'évolution des démocraties en Amérique latine, la portée des alternatives sociales et politiques dans le Sud, les logiques et conséquences des ajustements structurels et de l'aide au développement... constituent les principaux thèmes des travaux de ces dernières années.

Activités permanentes du CETRI :

-- Alternatives Sud : publication trimestrielle créée en 1994 visant à faire connaître des points de vue critiques de chercheurs militants du Sud sur les enjeux du développement et de la mondialisation.
-- État des résistances dans le Sud : publication annuelle offrant un panorama mondial de la diversité et de la vigueur des luttes sociales contre le néolibéralisme et pour la démocratie.
-- Actualité des mouvements sociaux du Sud : bibliothèque virtuelle (www.cetri.be) multilingue, alimentée quotidiennement, d'articles d'actualité et de fond sur les acteurs sociaux d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, mobilisés pour la démocratisation des sociétés.
-- Centre de documentation : centre physique (à Louvain-la-Neuve) et virtuel (www.sudoc.be) qui met à la disposition de ses visiteurs un fonds documentaire constitué de quelque 300 collections actualisées de périodiques, revues et bulletins d'informations, essentiellement du Sud, sur les problématiques du développement, des rapports Nord-Sud et de la mondialisation.

Parallèlement, le CETRI mène diverses études et recherches, prépare des ouvrages et des dossiers pédagogiques, organise des formations et donne des conférences sur ses thèmes d'intérêt.

Le CETRI réalise l'essentiel de ses travaux dans le cadre d'un réseau d'instituts, de centres d'études, d'ONG et de mouvements partenaires d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie. Il est notamment actif au sein du Conseil international du Forum social mondial. En Belgique, le CETRI est membre du Centre national de coopération au développement (CNCD) et de la Fédération francophone et germanophone des associations de coopération au développement (Acodev).

« Vision et mission » du CETRI

Accueil du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | Site hébergé par Domaine public, réalisé avec SPIP,
sous Licence de Logiciel Libre, optimisé pour Firefox.