Sécheresses au Rajasthan : quelles alternatives politiques aux sauvetages humanitaires ?

Dans les régions arides et semi arides - c’est le cas de l’Etat du Rajasthan en Inde -, la sécheresse n’est pas une calamité comme un tremblement de terre ou un cyclone, mais un phénomène climatique régulier et récurrent. Au lieu de recourir aux secours d’urgence ou autres sauvetages humanitaires - souvent insuffisants, en retard, mal adaptés ou amplificateurs de la vulnérabilité écologique et économique locale -, les gouvernements devraient dès lors considérer l’atténuation des effets des sécheresses comme la stratégie de base du développement agricole rural à mener. Malgré certaines limites, l’approche des famines d’Amartya Sen, en termes de capacités d’action des différentes catégories de la population, permet d’indiquer aux autorités les voies à suivre. Différents plans d’action (création d’emplois, préservation de l’eau et du sol, irrigation équitable et durable, nourriture subventionnée, sécurité sociale, accès autorégulé aux ressources naturellesY) à intégrer dans un programme d’ensemble sont proposés. Sur base des informations et des technologies disponibles, ils visent au rétablissement des capacités d’action des corps de métier et secteurs sociaux généralement victimes des sécheresses, par des mesures préventives, un travail sur les facteurs aggravants et une plus grande maîtrise des effets des conditions climatiques.

Interventions humanitaires ?

Interventions humanitaires ?

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir