Régimes internationaux et politiques de changements climatiques

Le « Sommet de la terre » de Rio en 1992 et la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) dont il a accouché ont jeté les bases d’un véritable régime multilatéral concernant les changements climatiques. Les objectifs chiffrés de réduction d’émission des gaz à effet de serre n’ont cependant été adoptés qu’en 1997, dans le Protocole de Kyoto, et ne sont entrés en vigueur qu’en 2005. Ces délais sont pour une bonne part le résultat des manoeuvres des Etats-Unis, principal émetteur, mais ils s’expliquent aussi par les vifs débats qui entourent la question : faut-il miser sur des réductions nettes des pays industrialisés ou sur la captation de carbone dans les pays en développement ? Quels doivent être les rôles respectifs des pouvoirs publics et des agents privés ? Etc. Le Brésil s’est imposé comme un des principaux acteurs des négociations internationales. Sur le plan interne cependant, le gouvernement paraît réticent à adopter une véritable politique nationale de changement climatique qui puisse freiner la déforestation et stimuler l’incorporation des objectifs dans les différents domaines de la vie nationale : énergie, logement, transports, etc.

Changements climatiques. Impasses et perspectives

Changements climatiques. Impasses et perspectives

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir