Réalités et cadre légal de la traite de Nigérianes et d’Européennes de l’Est en Italie

La réalité de la traite des êtres humains à des fins de prostitution en Italie aide à comprendre que tant que la prostitution sera tolérée et que les gouvernements rendront cette activité légale, la traite des femmes et la violence qui leur est infligée, ne cesseront pas. La majorité des étrangères (essentiellement d’origine nigériane et est-européenne) qui se retrouvent sur le trottoir italien, ont été vendues pour y être prostituées. Si les processus de traite varient selon les pays d’origine des victimes, des ressemblances prévalent toutefois dans les aspects sociaux, économiques, psychologiques et culturels des différentes pratiques. Comme les Nigérianes, les femmes et les filles en provenance d’Europe de l’Est subissent d’importantes violences physiques et psychologiques, mais si le modèle utilisé par les trafiquants d’Europe de l’Est est plutôt de caractère « industriel », celui des trafiquants du Nigeria se veut « assistanciel ». La légalisation de la prostitution et sa promotion comme un métier à part entière, à l’œuvre en Italie, sont des causes directes de cette traite internationale. Seules la prévention et l’abolition de la prostitution sont à même d’y mettre fin.

Prostitution, la mondialisation incarnée

Prostitution, la mondialisation incarnée

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir