Problématique rurale et développement inégal en Chine

Accueillie d’abord favorablement par les paysans, les réformes entreprises en Chine dans le monde rural à partir de la fin des années 1970 devaient accélérer la modernisation des campagnes et propulser le pays dans une ère de prospérité. Mais ces réformes – progressive privatisation des terres en vue d’encourager l’industrialisation et d’accroître la productivité agricole – ajoutées à la forte pression démographique et au manque de terres arables sont à l’origine d’un exode rural massif. Aujourd’hui et plus particulièrement depuis la crise asiatique qui a entraîné fermetures et licenciements, les villes ne parviennent plus à absorber la main-d’œuvre excédentaire. Aussi, assiste-on à l’augmentation croissante d’une population dite « flottante », en marge des grandes villes, pauvre, sans emploi ou faiblement rémunérée, ne jouissant pas des droits reconnus aux citadins et souvent en proie au mépris de ces derniers. Cette population « flottante » et le chômage sont devenus de sérieux problèmes socioéconomiques pour la Chine et un défi au développement du pays. Une adaptation des réformes d’ouverture au marché s’impose, ainsi que l’adoption de nouvelles mesures visant à protéger les populations rurales et à leur garantir un revenu décent.

Le « miracle » chinois vu de l'intérieur

Le « miracle » chinois vu de l’intérieur

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir