OMD et éradication de l’extrême pauvreté et de la faim

L’éloge que les représentants des institutions financières internationales font du taux de croissance cache mal le fait que les pays de la région Asie-Pacifique sont le théâtre d’une dégradation des indicateurs sociaux et d’une concentration des richesses. La lutte pour l’éradication de l’extrême pauvreté et de la faim, que le premier des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) invite à mener aux échelles internationale et nationale, exige de revoir en profondeur notre façon d’envisager la pauvreté. Celle-ci est une réalité multidimensionnelle que l’approche du développement en termes de croissance ne permet pas de cerner dans sa complexité. Pire, cette approche inspire des politiques de privatisation, d’ouverture commerciale et de dérégulation qui augmentent la pression sur les communautés les plus vulnérables. Pour que l’éradication de la pauvreté soit efficace, les gouvernements et les sociétés civiles de la région Asie-Pacifique doivent trouver de nouveaux modes de collaboration pour procéder à l’inventaire critique de ces politiques impulsées de l’extérieur et forger des stratégies alternatives d’insertion dans le système mondial.

Objectifs du millénaire pour le développement

Objectifs du millénaire pour le développement

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir