Mondialisation et mouvements migratoires

Les politiques de restructuration liées à la mondialisation aggravent la fracture sociale et l’insécurité économique, facteurs qui augmentent à leur tour les pressions migratoires. Dans un monde de gagnants et de perdants, les perdants ne disparaissent pas par enchantement, ils tentent leur chance ailleurs. Les processus d’intégration à l’économie mondiale ont intensifié les effets perturbateurs de la modernisation et du développement capitaliste. Le potentiel migratoire résulte des différences salariales parmi les postes « ouverts » aux immigrés, telles celles existant entre le Mexique et les Etats Unis, la Pologne et l’Allemagne, ou encore l’Indonésie et la Malaisie. Dans de nombreux pays du Sud, la libéralisation effrénée du commerce engendre un surcroît de chômage et stimule l’émigration. Contrairement à une idée reçue, les entreprises transnationales et les investissements directs à l’étranger (IDE) n’ont qu’un impact très limité, en termes de création d’emplois, sur les pays d’émigration. La libre circulation des biens et des capitaux n’atténuera pas les besoins de « circulation » des personnes, au contraire.

Genèse et enjeux des migrations internationales

Genèse et enjeux des migrations internationales

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir