Logiques et pratiques des entreprises pharmaceutiques

Quel est le bilan du développement de l’industrie pharmaceutique depuis la fin de la deuxième guerre mondiale ? Sur base d’importantes découvertes scientifiques et à la faveur de la logique de l’économie de marché, les petits fabricants du début ont fait place aux firmes transnationales qui contrôlent les marchés mondiaux, la production, les prix (exorbitants) et les bénéfices (plantureux), investissent dans les domaines de recherche les plus rentables, et conditionnent les prescripteurs et les consommateurs de médicaments. Ces derniers appartiennent donc aujourd’hui pour la plupart à une poignée d’entreprises qui, protégées par leurs brevets qui leur permettent de défier toute concurrence à l’échelle internationale, exercent un pouvoir sans précédent B assimilable à des situations de monopole - sur les secteurs nationaux de la santé. Les populations pauvres du Nord mais surtout du Sud sont les premières victimes de cette configuration perverse. Une voie alternative à la confiscation privée des progrès scientifiques réside dans l’accès à des médicaments génériques, mais le rapport de force entre les géants de l’industrie pharmaceutique et les partisans de l’accès à la santé pour tous n’évolue guère.

Les obstacles à la « santé pour tous »

Les obstacles à la « santé pour tous »

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir