Les voies du développement en Amérique latine (1950-2007)

Introduction : la question et la grille d’analyse

Du point de vue des tentatives de développement, l’Amérique latine occupe une place singulière. Les décolonisations, en effet, se sont produites au début du 19e siècle (entre 1810 et 1835), ce qui explique que les États latino-américains aient entrepris leur vie relativement autonomes, un siècle et demi plus tôt que la plupart de ceux d’Asie, d’Afrique et du Monde arabe. Les premières tentatives d’industrialisation sont donc apparues déjà vers la fin du 19e siècle ou au début du 20e, dans les pays du Cône sud (Argentine, Chili, Uruguay, Paraguay), mais aussi au Mexique (notamment avec Cárdenas) et au Brésil (avec Vargas).

Cependant, le véritable démarrage des politiques d’industrialisation se situe après la seconde Guerre mondiale et se limite d’abord à quelques pays, même si presque tous s’y sont essayés. Bien entendu, les résultats de ces tentatives ont été très différents d’un pays à l’autre.

La question posée ici est la suivante : quels ont été les modèles de développement qui ont inspiré ces tentatives ? Par modèle de développement, j’entends : un projet politique, économique et social, qui se traduit dans une idéologie, porté par un acteur-pilote, qui entraîne dans son sillage, de gré ou de force, l’ensemble d’une nation.

Pour répondre à cette question, je fais ici l’hypothèse que les modèles concrets, appliqués sur les terrains nationaux latino-américains, ont été des combinaisons à doses variables – donc plus ou moins pures – de quatre grands modèles typiques, qui ont été inventés et appliqués par les pays industrialisés d’Europe et d’Amérique du Nord, qui leur ont servi à promouvoir leur propre développement industriel, et qui, au moment de la décolonisation, ont été “exportés” vers les pays du Sud. Même si je me limite ici à l’Amérique latine pendant la seconde moitié du 20e siècle, ces mêmes modèles ont servi aussi sous d’autres cieux : en Afrique, dans le Monde arabe et en Asie.

Qui ? Comment ? L’État La société civile
Voie capitaliste (Accumulation de richesses)MODERNISATION

État et bourgeoisie nationale
Modèle nationaliste
(France, Allemagne…)
COMPÉTITION
Élites néolibérales
Modèle libéral
(Grande-Bretagne, USA)
Voie socialiste
(Satisfaction des
besoins)
RÉVOLUTION

Dirigeants
révolutionnaires

Modèle communiste

(URSS)
DÉMOCRATIE

Mouvements sociaux

Modèle
social-démocrate

(Pays scandinaves)

Chacun de ces modèles répond à une conception du développement, ou plus précisément, à une explication spécifique des causes du sous développement. On peut penser en effet que l’obstacle principal, celui qui freine ou empêche, d’une manière décisive, le processus de développement, est :

  • d’ordre culturel : la mentalité traditionnelle de la population et de ses dirigeants bloquerait l’expansion des valeurs culturelles et des innovations technologiques modernes, sans lesquelles le développement est impossible ; donc, si l’on veut développer, il faut promouvoir la modernisation culturelle et technique ;
  • d’ordre politique : des États et des entreprises étrangères impérialistes se livreraient, avec la complicité interne de classes dominantes parasitaires, à un pillage systématique des richesses économiques des nations du Sud ; donc il faut faire la révolution politique nationale et sociale ;
  • d’ordre économique : l’État, ses dirigeants et leurs partis, avec leur logique politique, clientéliste et bureaucratique, empêcheraient le bon fonctionnement de la rationalité économique ; donc, il faut privatiser et laisser faire les lois du marché ;
  • d’ordre social : l’insuffisance ou l’absence de démocratie politique et sociale (les dictatures, les partis uniques, les fausses démocraties, la répression des conflits) rendrait difficile ou impossible le contrôle démocratique des dirigeants économiques et politiques, ce qui leur permettrait de faire des richesses produites un usage contraire au développement  : donc, il faut démocratiser la vie sociale et politique.

Quatre grandes politiques de développement (comment ?) sont donc préconisées par ces théories : promouvoir la culture moderne, récupérer le contrôle des ressources nationales, obéir à la rationalité du marché et instaurer une démocratie politique et sociale. Et quatre grands acteurs-pilotes sont susceptibles de réaliser ces projets (qui ?) : les élites modernisatrices, révolutionnaires, innovatrices et socio-démocratiques.

De l’État au marché

1. La première vague : modernisation et révolution

Jusque dans les années soixante-dix, les acteurs (et leurs conseillers, économistes ou sociologues) ont considéré que le moteur central du développement devait être l’État et que celui-ci devait s’appuyer, pour mener à bien sa politique, soit sur une bourgeoisie nationale, qu’il fallait aider à se consolider, soit les classes populaires (paysans, ouvriers,
classe moyenne pauvre…), qu’il fallait mobiliser et dont il fallait satisfaire les besoins. Les tentatives de développement ont choisi entre, ou combiné à doses variables, le modèle de la modernisation et celui de la révolution.

Le modèle modernisateur

Le modèle modernisateur repose sur deux politiques essentielles : moderniser l’agriculture par la réforme agraire et entreprendre l’industrialisation par une politique de substitution des importations. La CEPAL (Commission économique pour l’Amérique latine) s’est inspirée largement de ces deux idées, défendues par le célèbre économiste argentin, Raul Prebish. Les expériences les plus proches de ce modèle modernisateur (même si, par certains aspects, elles obéissaient aussi, secondairement, à des impératifs révolutionnaires) me semblent avoir été : l’Argentine (avec Perón, 1946-1955) ; le Chili (avec Alessandri, 1958- 1964, puis Frei, 1964-1970) ; la Bolivie (avec le Mouvement Nationaliste Révolutionnaire de Paz Estensorro et Siles Suazo, 1952-1964) ; le Brésil
(avec Kubitschek, 1955-60, puis Goulart, 1961-1964) ; le Venezuela (avec Betancourt, 1959-1964 et plus tard pendant le mandat de Carlos Andrés Perez, 1974-1979).

Ces idées étaient, bien entendu, tout à fait contraires aux intérêts des vieilles oligarchies latifundistes et minières (exportatrices de biens agricoles, d’élevage ou de minerais) qui, par conséquent, les combattaient en essayant de conserver leur emprise sur les appareils des États, sur les Parlements et en ayant recours aux forces armées. Elles n’ont donc pu s’imposer que là où cette emprise avait déjà été affaiblie au cours des décennies antérieures ; c’est pourquoi plusieurs pays n’ont pu tenter de les appliquer que bien plus tard (Pérou, Amérique centrale) ou même pas du tout (Haïti).

Ce modèle s’est heurté à d’importantes difficultés, internes et externes, d’application concrète :

  • la réforme agraire et la substitution des importations sont des politiques très coûteuses en équipements industriels ; pour se procurer ces équipements, il faut des devises et pour en avoir, il faut exporter ; les oligarchies nationales et les acheteurs de matières premières sur les marchés internationaux sont, dès lors, des acteurs décisifs pour la réussite d’un tel projet : or, la division internationale du travail jouant en faveur des États impérialistes, ceux-ci n’ont aucun intérêt à voir les pays du Sud s’industrialiser et il leur est relativement facile de saboter le processus ;
  • les forces politiques modernisatrices étaient le plus souvent arrivées au gouvernement suite à des mobilisations de masse qui avaient soulevé un immense espoir ; une fois au pouvoir, elles ont dû affronter des revendications importantes et, pour conserver le soutien populaire, satisfaire la demande sociale (au moins une partie), en pratiquant des politiques populistes : les caisses de l’État n’ont pas résisté longtemps à la charge ;
  • les bourgeoisies nationales, souvent embryonnaires, étaient supposées partager avec l’État l’initiative du projet d’industrialisation et en prendre le relais le plus rapidement possible ; or, le plus souvent, elles ont choisi de faire de la spéculation financière et immobilière plutôt que d’investir leurs capitaux dans un véritable programme d’industrialisation  ;
  • les entreprises publiques, qui furent créées à la fois pour administrer les biens nationalisés (les terres, les mines) et pour suppléer la carence de la bourgeoisie privée, se sont rapidement transformées en bureaucraties pesantes, inefficaces, corrompues et surtout déficitaires  ;
  • toutes ces difficultés mises ensemble ont engendré souvent des crises inflationnistes difficilement surmontables ;
  • la place centrale de l’État dans le processus et le manque de contrôle démocratique ont souvent engendré de grandes inégalités sociales, de la corruption et de la répression ; et, derrière les partis, l’armée attendait l’occasion d’intervenir.

Si bien – ou si mal ! – que le modèle s’est peu à peu essoufflé et que ses résultats n’ont pas été aussi spectaculaires que prévus.

Le modèle révolutionnaire

Il est difficile d’énoncer les conditions qui favorisent les ruptures révolutionnaires, car les situations nationales sont très différentes les unes des autres, et la question est d’une extrême complexité. Les cas latino-américains dont nous allons parler sont : Cuba (avec Castro, depuis 1959), le Pérou (avec Velasco, 1968-1975), le Chili (avec Allende, 1970-1973), et plus tard, le Nicaragua (avec le FSLN, 1979-1990). Dans certains cas (Cuba, Nicaragua), la cause principale de la rupture semble bien avoir été la résistance excessive à la modernisation, d’une vieille aristocratie conservatrice, butée, arrogante et inefficace, qui rejetait toute concession, négociation ou réforme et qui refusait de céder sa place à une bourgeoisie nationale naissante. Mais le contexte peut être très différent : au Pérou, c’est une fraction progressiste de l’armée (comme avec Nasser en Égypte) qui prend le pouvoir par un coup d’État ; au Chili, c’est l’espoir de voir s’améliorer les conditions matérielles et sociales de vie – espoir éveillé, puis déçu par les gouvernements modernisateurs précédents –, qui permet de comprendre le succès électoral de l’Unité Populaire.

Le modèle révolutionnaire typique, “chimiquement pur”, fut celui de Cuba, plus communiste que les Soviets ! Dans les trois autres cas, en effet, les caractéristiques du projet révolutionnaire furent combinées avec celles du modèle modernisateur (surtout dans le cas du Pérou) et avec celles du modèle démocratique (surtout dans le cas du Chili et même dans celui du Nicaragua).

Rappelons, si besoin est, que la politique du gouvernement révolutionnaire
repose sur deux piliers centraux : un parti unique contrôlant
l’État et, par lui, toute la vie économique et sociale ; un développement
visant à améliorer les conditions de vie des classes populaires. Ainsi,
à Cuba, jusqu’au moment des réformes du début des années quatrevingt-
dix, l’État était le seul employeur de toute la population active.
Et, en trente ans, parmi tous les pays latino-américains, le pays est
passé de la dernière place (partagée avec Saint-Domingue et Haïti) à la
première ou la seconde (partagée avec l’Argentine ou l’Uruguay), sur
tous les indicateurs de la qualité de la vie : revenus, éducation, santé,
logement… La mise en pratique d’un tel modèle s’est heurtée pourtant
à d’importantes et périlleuses difficultés.

  • Les États impérialistes ne se laissent pas faire : ils cherchent par tous les moyens (idéologiques, politiques, économiques et militaires) à déstabiliser les régimes révolutionnaires. Ce fut le cas notamment à Cuba, notamment par l’embargo imposé par les Etats-Unis. Une des raisons – peut-être la plus importante – qui explique le succès et la longévité du modèle cubain est l’aide de l’URSS, dont il bénéficiait évidemment à cause de sa situation géopolitique et dont on peut penser qu’il n’aurait jamais joui s’il n’avait pas constitué, en pleine guerre froide, une vitrine provocante du communisme, à quelques miles des côtes des USA. Mais les Nicaraguayens, en période de détente, n’ont pas eu cette chance et Reagan a financé ouvertement les forces contre-révolutionnaires, qui ont contribué à faire échouer l’expérience socialiste. Il en alla de même pour les Chiliens, dont l’Unité populaire fut renversée par un coup d’État militaire financé par les Etats-Unis.
  • L’aide (technique, financière, militaire…) des “nouveaux amis” du régime révolutionnaire – en l’occurrence l’URSS –, même si elle a été décisive, ne favorisait pas non plus l’industrialisation. Le cas cubain est encore exemplaire : d’une part, l’URSS avait trop besoin de Cuba pour voir ce pays échapper à son contrôle en le laissant s’industrialiser (et, de fait, Cuba était et est resté dépendant de ses exportations de sucre) et d’autre part, l’excès d’aide soviétique a plutôt découragé les efforts de diversification industrielle : il est trop facile de continuer à vendre des matières premières abondantes pour se procurer des devises (trop d’argent facile nuit au développement, comme on a pu le constater aussi ailleurs : en Espagne et au Portugal, dans certains pays pétroliers…). Et, quand l’aide extérieure s’arrête, ou quand les ressources exportables s’épuisent, le pays se retrouve nez à nez avec son sous-développement, après avoir perdu une chance historique unique d’en sortir !
  • La révolution est généralement faite par une alliance de partis, qui s’unissent pour prendre le pouvoir (que ce soit par les armes comme à Cuba ou au Nicaragua ou par des élections comme au Chili), mais qui se divisent une fois qu’ils doivent l’exercer. La division sépare le plus souvent les radicaux et les modérés, les “vrais” révolutionnaires des “simples” modernisateurs. Quand cette division ne se résout pas par la force (l’élimination de l’un ou de l’autre parti et l’instauration d’un régime de parti unique appuyé sur l’armée : Cuba), elle peut paralyser l’action du gouvernement (Chili) : le Parlement bloque les réformes, les problèmes ne sont pas résolus, et l’opinion publique, qui avait beaucoup espéré, perd patience et se retourne contre les dirigeants politiques.
  • Les tentatives révolutionnaires se heurtent toujours à une opposition intérieure résolue à les faire échouer et, souvent, par n’importe quel moyen. Pour résoudre ce problème, Cuba a expulsé des centaines de milliers d’opposants, qui se sont efforcés de perturber le régime de l’extérieur, depuis la Floride. Quant à l’Unité populaire chilienne, elle a été combattue par le parti national (la droite), puis abandonnée par la démocratie chrétienne (le centre), et l’armée est intervenue par un coup d’État militaire (Pinochet) ; les militaires progressistes péruviens (Velasco), dont les réformes furent sabotées et peu efficaces, se sont vus débouter par un coup d’État donné par l’armée (Morales Bermudez) ; le Front sandiniste nicaraguayen, paralysé par toutes ces difficultés réunies, a fini par perdre les élections (en 1990).
  • L’excessive volonté d’égalité, dont font preuve certains régimes socialistes, a souvent des effets pervers. A force de supprimer tous les stimulants matériels – au nom de la solidarité socialiste et d’idéal révolutionnaire de l’ “homme nouveau” –, ils finissent par user l’enthousiasme, décourager l’initiative, la volonté de travail et même l’honnêteté de leurs militants et des classes populaires elles-mêmes. A ne pas vouloir prendre l’homme comme il est, ils obtiennent le contraire de ce qu’ils cherchent : des citoyens passifs, qui attendent tout de leur État et ne prennent plus d’initiatives. Ils se trouvent alors contraints, soit de recourir à la force (la chasse aux sorcières), soit de réintroduire les stimulants matériels, soit encore, comme à Cuba, d’opérer des réformes qui réinstaurent le profit privé dans l’artisanat, le petit commerce et l’agriculture.
  • Tout pousse donc les régimes révolutionnaires à utiliser la force pour résoudre leurs problèmes, donc à renier la démocratie. A terme, cette absence de tout contrôle démocratique finit par corrompre le pouvoir de l’intérieur. De la révolution, les dirigeants ne conservent plus alors que le discours, que la rhétorique, mais, dans les faits, ils rétablissent des inégalités et des privilèges, … ce qui les oblige à recourir de plus en plus à la répression pour rester au pouvoir ! Bref, le modèle révolutionnaire est au moins aussi difficile à appliquer que le modèle modernisateur et ses résultats ne sont, hélas, pas plus convaincants.

2. La grande mutation

Pour comprendre comment ont évolué les modèles de développement
en Amérique latine – et ailleurs ! –, il est indispensable de faire un
détour par les grandes transformations qui, depuis le début des années
soixante-dix, ont marqué l’histoire des pays industrialisés du Nord.
Ces changements, fort complexes, se situent dans plusieurs domaines :
technologique, économique, international, politique, social, écologique
et culturel. Ces sept champs sont, certes, très imbriqués les uns dans les
autres, très interdépendants, mais ils sont aussi relativement autonomes. Rappelons, aussi brièvement que possible, ces événements majeurs.

  • Mutation technologique

La troisième révolution technologique , à partir de 1975 environ, marque
le passage à la société de communication et d’information. Dans
les sociétés capitalistes d’aujourd’hui, ce qui est stratégique pour rester
aux commandes du développement économique, c’est de savoir maintenir
le contrôle des NTIC .
Pour rappel, la première, qui accompagna les débuts de l’ère industrielle, fut celle des
machines à vapeur et la seconde, celle de l’électricité et des moteurs à explosion.
Nouvelles technologies de l’information et de la communication.

  • Mutation économique

En bouleversant les rapports sociaux de production et en démultipliant
la productivité du travail, cette révolution technologique a engendré la
crise du capitalisme industriel national (vers 1975-1985) et le déchaînement
d’un modèle néolibéral triomphant, prônant la généralisation de
la société de compétition, de consommation et de communication.

  • Mutation de l’ordre international

L’effondrement (pour les raisons que je viens de citer, mais aussi pour
des raisons internes) du modèle soviétique (vers 1985-1989) a redistribué
les cartes de l’hégémonie au niveau mondial, entre les mains des
trois pôles capitalistes principaux (USA, Union Européenne, Japon).

Par la suite (à partir de 1990-1995 environ) la nouvelle “division internationale
du travail” a déplacé vers certains pays de l’Est (Russie) et du
Sud (Chine, Inde, Corée du Sud, Taiwan…), des activités industrielles,
jusqu’ici réservées aux pays du Nord occidental. Une partie importante
du “second” et du “tiers” monde est ainsi en train de retrouver, ou de
trouver enfin, le chemin de l’industrialisation, par la voie du capitalisme
industriel. Une véritable mutation de l’impérialisme est en cours, toujours
sous l’hégémonie – même si celle-ci est parfois menacée et incertaine
–, du “premier” monde, entré dans l’ère postindustrielle et s’efforçant
de conserver son contrôle sur les innovations technologiques, les
investissements, le commerce et les finances mondiales.

Avec l’accord des nations (celles du G8 et quelques autres) ou même
sans leur accord (une partie des autres), de puissantes organisations
supranationales (BM, FMI, OMC, OCDE…) cherchent à imposer partout
ce nouvel ordre mondial (mondialisation). Sans disposer encore de la
contrainte physique, celles-ci sont déjà capables, juridiquement et politiquement,
de soumettre à leur volonté les gouvernements nationaux
et les unions régionales. On peut dire que ces organisations constituent
aujourd’hui, avec les grandes entreprises capitalistes multinationales,
industrielles et financières, la nouvelle classe dirigeante et dominante,
la nouvelle droite mondialisée.

  • Mutation politique

La nation, comme base territoriale d’existence des collectivités humaines,
si elle n’est pas encore dépassée, est, au moins, en voie de dépas14
sement : les États nationaux sont désormais tenus par les innombrables
conventions et engagements internationaux qu’ils ont signés. Ils se sont
mis, progressivement, par conviction ou par contrainte, au service de ce
grand projet technologique, économique et international. Au nom de la
concurrence “loyale”, ils doivent cesser d’aider leurs entreprises, laisser
les plus faibles se faire phagocyter par les plus grosses, sur le grand
marché mondial ; au nom des exigences de la compétitivité, ils doivent
“dégraisser” les appareils d’État, ouvrir leurs frontières aux investisseurs
étrangers, appliquer des “ajustements structurels”.

  • Mutation sociale

Du coup, le “vieil” État Providence est devenu à la fois trop cher (en
impôts et en charges salariales) et inadapté au projet en question (il
fabriquerait des “assistés”). Contre la faible résistance d’un mouvement
ouvrier et socialiste en déclin, l’État libéral laisse pénétrer – ou favorise
activement la pénétration de – la loi du marché dans le secteur public
 : toute entreprise (celles des communications, notamment) ou tout
service public (l’éducation, la santé, la sécurité sociale, les politiques
sociales…) susceptible d’être rentable est menacé d’être, ou est livré au
marché (privatisations ou “consolidations stratégiques”). Ceux qui se
font exclure par le fonctionnement du système sont invités à s’activer
(se responsabiliser, redevenir autonomes) pour se réintégrer au marché
du travail.

  • Mutation écologique

Une prise de conscience rapide de la question écologique se développe,
alors que nous commençons à voir les conséquences d’une logique
économique et technologique dérégulée, “folle”, qui épuise les ressources
naturelles non-renouvelables et qui réchauffe la planète. Tout
le monde commence à expérimenter aujourd’hui – quand il est peutêtre
déjà trop tard – des prévisions alarmantes qui, pourtant, ont été
annoncées depuis fort longtemps (par exemple par le Club de Rome
dès 1972). Hélas, les humains semblent incapables de renoncer à leurs
intérêts particuliers tant qu’ils n’y sont pas contraints.

  • Mutation culturelle

Ces évolutions et ces réformes engendrent – et, en même temps, sont
engendrées par – une véritable “révolution culturelle” en cours depuis
quelques décennies. Le “vieux” modèle culturel de la modernité ra15
tionaliste, fondé sur les croyances au progrès, à la raison, au devoir, à
l’égalité, à la nation…, est en train de céder rapidement sa place à un
nouveau, celui d’une modernité subjectiviste, fondé sur trois croyances
au moins : en la nécessité d’une nouvelle harmonie de nos rapports
avec la nature ; en une nouvelle conception de la citoyenneté
politique ; et au droit de chaque individu de disposer des moyens
de son épanouissement personnel. Tous les enjeux d’aujourd’hui font
intervenir ces trois questions : l’écologie, la citoyenneté et les droits de
l’individu (les droits de l’homme en général et, en particulier, ceux des
travailleurs, des consommateurs, des usagers, des femmes, des enfants,
ceux de toutes les minorités ou des groupes minorisés, etc.).

Dès le commencement de cette grande mutation, une nouvelle conception
du développement s’est imposée dans la plupart des pays latinoaméricains
– comme ce fut le cas aussi en Europe, et dans d’autres pays
d’Afrique, d’Asie et du Monde arabe –, ouvrant ainsi une seconde étape
de la période étudiée ici. Les modèles antérieurs ne disparaissent pas
pour autant, mais ils ont perdu une grande partie de leur crédibilité.

3. La deuxième vague : le modèle du
néolibéralisme sauvage

Cette “nouvelle” conception – qui n’est d’ailleurs pas si neuve ! – est
le modèle néolibéral, celui qui considère que l’État n’est pas capable
d’être l’acteur central du développement et qu’il vaut mieux se fier au
marché – donc à ses lois : la libre compétition et la libre circulation des
biens, des services et des capitaux. Ce modèle, inspiré de la conception
monétariste de l’économiste Milton Friedmann, a d’abord été imposé,
à l’instigation des Etats-Unis et des grandes organisations internationales
(FMI, BM, OMC), à des pays soumis à des régimes dictatoriaux ;
mais les gouvernements, plus ou moins démocratiques, qui les ont
suivis, l’ont conservé et appliqué avec plus de rigueur encore ; d’autres
pays l’ont adopté ensuite, et il s’est pratiquement généralisé à l’ensemble
de sous-continent latino-américain.

Les grands principes de ce modèle de la compétition sont bien connus
sous le nom d’ajustements structurels : rationalisation de l’État (austérité
budgétaire, responsabilisation des individus face à leurs choix) ; priva16
tisation de tout ce qui, dans le secteur public, peut être rentable (les
ressources stratégiques, les communications, l’éducation, la santé, les
pensions de retraite…) ; engagements dans des traités de libre-échange
(réduction taxes douanières et du contrôle des changes, participation
à l’ALENA et au Mercosur…) ; accueil des investissements étrangers
(notamment les maquiladoras) ; rééquilibrage de la balance commerciale
(croissance des exportations, limitations des importations) et de la
balance des paiements (renégociation des dettes externes), lutte contre
l’inflation.

La plupart des pays latino-américains ont dû et ont essayé d’appliquer
ce modèle – ce remède de cheval ! Et il n’est sans doute pas inutile de
faire remarquer que le néolibéralisme a été adopté aussi bien par des
civils que par des militaires, aussi bien par des politiciens de droite que
du centre, et même de centre-gauche.

Les exemples les plus significatifs me paraissent être les suivants :

  • En Uruguay, le modèle fut adopté d’abord par le régime militaire (sous le général Alvarez en 1981), mais il fut conservé, après le retour de la démocratie (en 1985) par les partis de droite (Sanguinetti du parti Colorado et Lacalle du parti Blanco). En 1990, alors qu’il renégociait sa dette externe auprès des banques et obtenait un crédit standby auprès du FMI, le gouvernement entreprit un vaste programme de privatisations. Ensuite, la fonction publique (dans un pays où 20 % des actifs étaient fonctionnaires) et la sécurité sociale (acquise sous le populisme, entre les deux guerres mondiales) furent rationnalisées. Et en 1991, l’Uruguay entra dans le Mercosur (avec le Brésil, l’Argentine et le Paraguay).
  • Au Chili, les “chicago’s boys” imposèrent leurs vues néolibérales, à partir de 1983, à l’ombre de la dictature de Pinochet. Ils rationalisèrent et décentralisèrent la fonction publique et, tout en conservant des services publics, ils privatisèrent l’éducation, la santé et la sécurité sociale. Comme en Uruguay, le modèle fut soigneusement conservé, après 1990, par les partis du centre-gauche formant la Concertación. Le Chili devint membre associé du Mercosur et membre de l’APEC (Asia Pacific Economic Corporation) en 1996 et, plus tard, il signa plusieurs traités de libre commerce (TLC) : avec le Canada, le Japon, la Chine, les USA.
  • Au Mexique, l’effondrement du prix du pétrole (qui est passé de 25,33 dollars le baril en 1985 à 8,25 en 1986) avait provoqué une crise financière très grave. Avec l’élection, en 1988, du candidat du PRI (parti révolutionnaire institutionnel), Salinas de Gotari, suivi, en 1994, de celle de Zedillo (du même parti), le Mexique rejoignit l’OCDE et entra dans l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) en 1994. Une vaste campagne de privatisation fit passer, en dix ans (1984-1994), de 1.200 à 200 le nombre d’entreprises publiques. On assista, en même temps, à l’expansion des maquiladoras (entreprises étrangères, surtout des USA, qui utilisent la main-d’oeuvre mexicaine à bon compte). L’an 2000 sonna le glas de l’hégémonie du PRI (Parti révolutionnaire institutionnel, au pouvoir depuis 1929), après des réformes exigées par la PAN (la droite libérale) et le PRD (le centre social-démocrate), et la présidence de la République revint à Fox Quesada, candidat du PAN.
  • En Argentine, après la débâcle des Malouines (1982), l’armée, au pouvoir depuis 1976, dut se retirer et le pays en revint à une démocratie limitée (en 1983), sous la présidence d’Alfonsín (de l’Union civique radicale). Mais, le pays continua à s’enfoncer dans la crise et, en 1989, dans la désillusion générale, Menem (du parti péroniste) fut élu à la présidence de la République et y resta dix ans. C’est lui qui ouvrit toutes grandes les portes au modèle néolibéral, par un “programme de choc” : privatisation d’entreprises publiques (notamment le téléphone et les lignes aériennes), suppression de l’indexation des salaires  ; rationalisation de l’État (licenciement de 120.000 fonctionnaires, réforme de l’assurance-vieillesse, réforme de la fiscalité) ; austérité budgétaire (augmentation des coûts de l’éducation et de la santé)… Cette politique engendra, au début, un certain succès économique (diminution de l’inflation, reprise des investissements, hausse des exportations…), mais mena par la suite à la pire crise économique et financière qu’ait connu l’Argentine. De la Rúa succéda à Menem en 1999 et hérita de la débâcle, qui se déclencha en 2001 : endettement excessif, faillite de l’État, crash boursier, gel de l’épargne privée, cessation de paiement de la dette externe, dévaluation, pillage des magasins…
  • Au Brésil, après un régime militaire, qui dura de 1964 à 1985, les partis du centre (PMDB et PDT) reprirent le pouvoir avec Tancredo Neves, immédiatement suivi de Jose Sarney. C’est en 1990 que la droite remporta les élections avec Collor de Mello (du PRN : parti de la reconstruction nationale), qui adopta pleinement le modèle néolibéral pour essayer d’enrayer l’inflation (plan Collor : “Nouveau Brésil”) ; destitué pour corruption dès 1992, il fut remplacé, jusqu’en 1995, par Franco (intérimaire) qui poursuivit sa politique : austérité budgétaire et privatisation. Mais c’est Cardoso (du PMDB), président de 1995 à 2003, qui va approfondir l’application du modèle : rééchelonnement de la dette externe ; privatisation du secteur bancaire, de l’entreprise minière (fer), des télécommunications, des hydrocarbures, de l’électricité  ; hausse des investissements étrangers (sauf pendant la crise asiatique – Thaïlande en 1997 et Russie en 1998 – qui affecta beaucoup le Brésil).
  • Au Pérou, après la grande désillusion provoquée par la gestion de l’APRA (parti nationaliste de centre-gauche) sous Alan García, Fujimori fut élu en 1990 et resta président de la République jusqu’en 2000. Très rapidement, il prononça la dissolution du parlement et imposa ses réformes par décrets : lutte contre l’hyperinflation, programme d’austérité dans le secteur public, privatisation de la sidérurgie, du pétrole, de l’électricité…, accueil des investissements étrangers (Shell, Mobil pour l’exploitation du gaz…), rééchelonnement de la dette publique… Pendant ce temps, le chômage augmentait et la pauvreté persistait. En 2000, après deux mandats, alors qu’il était pourtant réélu pour un troisième, Fujimori dut fuir au Japon – son pays d’origine –, poursuivi pour corruption et pour crime contre l’humanité.

Le modèle néolibéral n’est certes pas plus facile à mettre en oeuvre
que ceux de la modernisation ou de la révolution. Il impose ce que
P. Gonzalez Casanova appelle la “triple disparition de l’État : d’abord
celle de l’État bienfaiteur, ensuite celle de l’État développementaliste
et enfin, celle de l’État libérateur.” (Gonzalez Casanova, 2000/2, 61) Il
réduit ainsi le développement à une affaire de croissance économique,
ce qui convient très bien aux pays les plus hégémoniques – ceux qui
l’imposent aux autres – ; par contre, dans les pays les plus dépendants,
il engendre des effets pervers insurmontables. Pourquoi ?
Il s’agit bien de Fernando Henrique Cardoso, sociologue de gauche, qui fut, vingt ans
auparavant, un des penseurs les plus réputés de la théorie de… la dépendance !

  • Les coûts sociaux résultant de son application (montée des inégalités, du chômage, des activités informelles, de l’exclusion) sont souvent énormes, ce qui explique une certaine résistance de la population. Cette résistance n’est cependant pas une règle générale. Elle a été plus forte dans des pays où il existait une certaine tradition de bienêtre social (des acquis sociaux et des institutions pour les défendre, des syndicats et des partis de gauche), comme c’était le cas dans les pays du Cône sud de l’Amérique latine, ainsi qu’au Mexique (Chiapas, 1994) et au Brésil (MST, 1997). On comprend ainsi pourquoi, le plus souvent, des dictatures ont été mises en place pour leur imposer le néolibéralisme : celles-ci ont servi à préparer le terrain, en détruisant les résistances des institutions sociales démocratiques et de la gauche. Dans les pays plus pauvres, qui n’ont jamais rien su de l’État providence, le poids de la fracture sociale atteint des proportions intolérables : le chômage et l’exclusion touchent les trois quarts de la population.
  • Dans beaucoup de cas, ce modèle, plutôt que d’inciter à l’industrialisation, ne fait que confirmer la division internationale du travail entre les pays qui exportent des matières premières et ceux qui exportent des produits finis. Cela est vrai, surtout dans les pays les plus pauvres, comme l’Amérique centrale, par exemple : le seul “avantage comparatif” dont puisse profiter le Guatemala, ce sont les fruits, qu’il doit continuer d’exporter pour se procurer des devises. Mais c’est parfois le cas également, même dans ceux qui sont déjà plus avancés dans la voie de la modernisation : ainsi, l’Uruguay reste fort tributaire de ses exportations agricoles. Croissance, en effet, ne signifie pas nécessairement industrialisation et, bien sûr, ne se confond pas avec développement.
  • La croissance économique, résultant de l’application de ce modèle dans de bonnes conditions, est fort sensible aux aléas de la conjoncture financière internationale (crise thaïlandaise en 1997, crise commerciale du Mercosur, contrecoup de la crise argentine) et aux caprices des marchés mondiaux : hausse de prix du pétrole pour ceux qui n’en ont pas (Uruguay) ou baisse pour ceux qui en ont (Mexique) ; inversement, la hausse du prix du cuivre (suite à la demande chinoise) dope l’économie chilienne…
  • Sans affirmer que ce modèle inciterait plus que les autres à la corruption, on peut néanmoins penser qu’il y est plus sensible : l’utilisation frauduleuse des deniers publics – notamment des emprunts auprès des banques étrangères – peut avoir ici des conséquences catastrophiques (Pérou avec Fujimori, Argentine avec Menem, Chili avec Pinochet…). En Argentine, par exemple, “près de 90 % des ressources provenant de l’extérieur, via l’endettement des entreprises (privées et publiques) et du gouvernement ont été transférés à l’extérieur, dans des opérations de spéculation financières.”

Il résulte de tout cela que ce modèle n’est efficace (ne produit de la
croissance économique) que là où le développement a déjà bien progressé
auparavant (les dragons asiatiques, par exemple), que si des
élites politiques économiques et politiques, honnêtes et compétentes,
existent pour l’appliquer correctement, et que si les classes populaires
sont disposées à en supporter les coûts sociaux et culturels – et la nature, les coûts écologiques. Donc, rarement !

Dans ces conditions, depuis au moins une quinzaine d’années, beaucoup
d’acteurs – des mouvements sociaux d’abord, puis, sous leurs
protestations, des élites politiques – ont commencé à prendre conscience
des limites et des dangers de ce néolibéralisme dérégulé, à l’état
“sauvage”, appliqué sans trop de discrimination à tous les pays dont le
développement dépend des nations du G8, des grandes banques internationales,
des puissantes entreprises multinationales, du FMI et de la
BM. … c’est-à-dire à tous les pays du monde !

Pour ces acteurs, ce développement n’est pas viable. Et s’il en est ainsi,
c’est pour trois raisons au moins :

  • Comme je l’ai dit ci-dessus, il a presque toujours, des coûts sociaux importants. Même dans les pays où les conditions de vie de la population se sont améliorées (au Chili, par exemple, qui a réduit de moitié la pauvreté et a pratiquement éradiqué l’indigence), les inégalités sociales ont augmenté tellement que le sentiment d’injustice s’est répandu parmi la population, et en particulier parmi la jeunesse.
  • Le modèle néolibéral ne semble tenir aucun compte des effets dévastateurs de la croissance économique sur l’environnement : la pollution, c’est le problème de l’État. Cela est vrai, en tout cas, dans les pays du Sud – mais ce l’est aussi au Nord, avec un peu plus de pudeur de langage ! Le Nord prend le Sud pour sa poubelle et les entreprises se permettent d’y faire ce qui leur serait interdit dans leurs pays d’origine. En outre, la sensibilité écologique, qui se généralise au Nord depuis peu, reste absente, presque complètement, dans les pays du Sud, où quelques militants prêchent dans un désert.
  • Le néolibéralisme s’accompagne de la culture qui “va avec” : Internet ne va pas sans l’occidental way of life – sans McDonald, sans Coca- Cola, sans CNN…et surtout sans “les valeurs de notre société occidentale”, qui s’expriment dans “les droits de l’homme”, vus comme universels. Toujours, le Nord a su se donner une “bonne raison” pour justifier sa présence et son action dans le Sud : jadis, ce fut la christianisation, avant-hier la civilisation, hier le développement, aujourd’hui les droits de l’homme et la lutte contre la pauvreté et le terrorisme. Hélas, ce modèle néolibéral, écrase, détruit, lamine des dizaines de cultures, de langues, de traditions, qui ont fait – qui font encore – toute la diversité et la richesse de l’humanité.

4. Deux modèles alternatifs

Des coûts sociaux, des coûts écologiques et des coûts culturels, cela fait
beaucoup, beaucoup trop : ça ne peut pas durer ; le monde entier ne
peut pas fonctionner selon le modèle néolibéral, qui nous jette tous
dans une impasse ! Et dès lors, des réactions surgissent et se renforcent,
tant dans le Sud, que dans le Nord – puisqu’après tout, c’est le même
modèle qui est appliqué de part et d’autre de l’équateur. Ces réactions
mêlent ces trois types de revendications et forment deux courants complémentaires,
que l’on peut considérer comme deux modèles de développement,
qui permettent soit de résister au modèle néolibéral, soit de
rompre avec lui.

Le modèle social-démocrate

C’est le quatrième modèle, celui de la démocratie, présenté dans ma
grille d’analyse et, comme je l’ai dit plus haut, il s’inspire des régimes
qui ont permis l’industrialisation des pays scandinaves : un mouvement
ouvrier fort et organisé, qui soutient un parti social-démocrate,
qui contrôle l’État, qui oblige les dirigeants de l’économie à répartir
la richesse produite. Appliqué aux pays du Sud, ce modèle prétend
résoudre la question des coûts sociaux du développement capitaliste,
qu’il soit national ou néolibéral, en renforçant la démocratie politique
(contre les dictatures, pour le respect des libertés citoyennes) et la
démocratie sociale (contre l’exploitation du travail, le “compétitivisme”
et le consumérisme, pour une juste redistribution des bénéfices de la
croissance). Les mouvements sociaux et politiques seraient ainsi les seules
forces capables d’obliger le marché et les États à mettre l’économique
au service de l’humain.

On ne peut pas dire que ce modèle ait été, à l’état pur, appliqué par
des États latino-américains. Sans doute cela est-il explicable par le fait
qu’il s’agit d’un modèle impliquant des politiques sociales très coûteuses
pour l’État, donc de lourds impôts et des hauts salaires. Dès
lors, en Amérique latine, il s’agissait plutôt d’un projet de société (une
alternative au communisme) revendiqué par des forces d’opposition (la
gauche “réformiste”). Cependant, une dose, plus ou moins forte, de ce
modèle était présente dans toutes les tentatives de modernisation qui
eurent lieu. Ce que l’on a appelé le “populisme” – notamment celui de
Vargas au Brésil (1930-1945, puis 1950-1954), celui des Batlle en Uruguay
(l’oncle, 1903-1907, 1911-1915 ; le neveu, 1947-1958), de Peron
en Argentine (1946-1955) – furent précisément des tentatives d’introduire
l’État providence dans des pays qui n’en avaient pas encore les
moyens – et ne les ont toujours pas ! C’était une manière de s’assurer de
l’appui populaire en faisant des promesses difficiles à tenir… à moins
de vider les caisses de l’État, d’affronter des taux vertigineux d’inflation,
de faire fuir les investisseurs et de ruiner ainsi l’activité économique !

Le modèle de l’identité culturelle

Il ne se trouve pas dans ma grille d’analyse parce qu’il n’a jamais, en
tant que tel été appliqué nulle part : il constitue, en quelque sorte, une
innovation culturelle, un cinquième modèle, qui répond, en théorie du
moins, à la question des coûts culturels et écologiques du développement
industriel.

Pour les partisans de cette conception, la cause de l’inefficacité relative
des quatre modèles de développement, dont il a été question jusqu’ici,
serait leur ethnocentrisme, ou plus exactement, leur “occidentalocentrisme”
 : si leurs résultats sont si limités et même néfastes, c’est parce

qu’ils ont été inventés dans les pays occidentaux et exportés ensuite
vers les pays du Sud et que, dès lors, ils ne sont pas adaptés à la culture
des collectivités auxquelles ils sont appliqués. En détruisant les traditions
des peuples du Sud, en leur donnant le désir de vivre comme on
vit dans le Nord – d’imiter, de rattraper leur retard par rapport aux pays
industrialisés – ces modèles tueraient le seul ressort efficace qui pourrait
permettre le développement : la fierté identitaire.

La première et la plus importante condition pour stimuler la dynamique
de développement serait donc de restaurer d’abord cette fierté identitaire,
en restaurant la mémoire du passé – revalorisation des traditions,
notamment de la religion, mais aussi de la langue et de la technologie
des générations ancestrales – non pas dans un but passéiste, non pas
dans un repli intégriste sur le passé, mais pour fonder, sur cette identité
fière, un projet d’avenir, pour devenir capable d’inventer un développement
adapté aux réalités spécifiques de chaque culture.

S’il en est ainsi, chaque peuple, chaque culture, chaque communauté
locale serait supposée imaginer son futur en le fondant sur son passé :
il n’y aurait donc pas de modèle universel de développement. La base
territoriale de celui-ci ne serait plus nationale (concept moderne occidental
 !) mais locale, et il faudrait réinventer des institutions politiques,
pour permettre une large autonomie des différentes communautés
culturelles et garantir l’harmonie des relations entre elles. Le fédéralisme
deviendrait ainsi la seule manière de concilier la cadre national avec
les autonomies locales, qu’elles soient territoriales et/ou culturelles.


5. Résistances et alternatives en mouvement

Combinant (à doses variables) les références aux deux derniers modèles
(social-démocrate et de l’identité culturelle) – et même, avec
des réminiscences, dans le discours et dans la pratique, du modèle
de la révolution – plusieurs mouvements, à la fois sociaux, politiques
et culturels – et dans une moindre mesure, hélas ! écologiques
–, se sont engagés dans la résistance et la recherche d’alternatives
au néolibéralisme en Amérique latine. Comme le soulignent
la plupart des observateurs, ils sont assez différents de ceux des années

1950-1980 : ce sont des “nouveaux” mouvements sociaux ! Qu’apportent-
ils de neuf ? (Ouviña, 2005 ; Duterme, 2007)

  • Identité : ils ne concernent plus directement la problématique du travail : ce sont davantage des mouvements d’exclus (de la terre, de l’emploi, de la santé, de l’éducation, du logement, de l’alimentation…) que de travailleurs ; ce sont des “sans”, “des rébellions depuis les marges” (Ouviña, 2005, 97) ;
  • Alliances : ils ne comptent plus trop sur les partis politiques pour les représenter et obtenir des gouvernants une solution à leurs problèmes  : méfiance, désenchantement envers les partis, même si cette question les divise souvent ; ils ne cherchent pas à “prendre le pouvoir” mais plutôt à faire pression sur lui ; ils s’efforcent de construire des alliances entre mouvements sociaux des différents pays latinoaméricains, (notamment pour résister à la création d’une vaste zone de libre-échange continentale : l’ALCA (Accord de libre-échange des Amériques).
  • Méthode : ils préfèrent l’action directe : occupation de propriétés terriennes sous-utilisées, d’entreprises abandonnées, de territoires entiers, administrés par eux ; ils ne craignent pas l’illégalité (occupations, barrages routiers…) ; et ils savent aussi se servir des mass médias ;
  • Enjeux : ils sont non seulement revendicatifs, mais aussi constructifs : ils proposent des solutions aux gouvernants ; ils mettent eux-mêmes en oeuvre des organisations productives (des coopératives, des entreprises autogérées, une économie sociale solidaire) ; ils sont moins idéologiques, moins dogmatiques, mais plus moraux (appel au droit, à la dignité, à l’égalité des genres…) et plus pragmatiques ;
  • Organisation : les groupes s’organisent selon des normes moins autoritaires  ; leurs membres se méfient des délégations de pouvoir, préfèrent les assemblées et la démocratie directe, horizontale ; ils refusent l’avant-gardisme et favorisent les directions collectives ; les individus s’impliquent moins totalement dans des causes, sont plus pragmatiques.

Mobilisation des peuples autochtones

C’est de la renaissance des mouvements dits “indigénistes” qu’il faut
parler d’abord. Selon Rodolfo Stavenhagen, “on estime qu’il existe plus
de quatre-cents groupes identifiables, avec une population totale de
plus ou moins quarante millions d’âmes.” (Stavenhagen, 2000, 54) On
les trouverait surtout dans certains pays : le quart d’entre eux vivent
au Mexique ; ils constituent plus de la moitié de la population de la
Bolivie, du Pérou ; ils sont très présents en Équateur et en Amérique
centrale (surtout au Guatemala). Le réveil de ces peuples autochtones
s’est traduit par leur participation à des mouvements et à des centaines
d’organisations revendiquant un meilleur accès à la terre, une plus
grande autonomie politique (sans séparation) et le respect de leur identité
culturelle (sans assimilation) (langue, religion, coutumes…). “Être
reconnus égaux et différents, citoyens nationaux et indigènes, dans des
démocraties plurielles qui sachent faire l’unité dans la diversité” (Duterme,
2000, 24). Ces mobilisations, si elles ont parfois été réprimées,
ont aussi été à l’origine de bon nombre de réformes constitutionnelles,
destinées à reconnaître, au moins formellement, l’existence et les droits
de ces peuples : plusieurs pays ont amendé leur Constitution en ce
sens et mis en place des administrations chargées de s’occuper de leurs
revendications.

Expliquer le réveil de ces peuples est bien difficile. Pourquoi se rebellent-
ils au cours des deux dernières décennies du 20e siècle, après cinq
siècles de domination, sous des régimes politiques et économiques très
différents auxquels ils ont été, et se sont soumis ? D’aucuns pensent
que, selon leur cosmologie (au moins celle des Aymaras et des Quechuas),
ils se croient déterminés par des cycles successifs d’expansion
et de régression de deux mille ans chacun, et qu’après un cycle de
décadence (qui aurait commencé huit ans avant la naissance de Jésus-
Christ), ils croient maintenant qu’un nouveau cycle d’expansion vient
de commencer (précisément en 1992, cinq cents ans après l’arrivée des
Espagnols). Ce n’est certes pas la seule condition : selon Bernard Duterme,
“l’émergence de jeunes élites novatrices au sein des communautés
traditionnelles” en serait une autre (2000, 24). Ces élites auraient été
stimulées par l’action évangélisatrice des églises (catholique et protestante),
et fortement soutenues par d’innombrables ONG européennes et
nord-américaines. Elles auraient bénéficié aussi du soutien de plusieurs
organisations internationales : des agences spécialisées des Nations unies et même de la Banque mondiale. D’une main (la droite !), cette
dernière impose le néolibéralisme et de l’autre (aurait-elle une main
gauche ?), elle finance des programmes de lutte contre la pauvreté,
que ce même néolibéralisme engendre structurellement par son propre
fonctionnement. (Saint-Upéry, 2007, 201) Cette politique n’a pourtant
rien de paradoxal, au contraire : pour implanter plus efficacement le
modèle néolibéral, il est préférable de limiter ses coûts sociaux par des
programmes humanitaires et des politiques sociales. (Polet, 2007)

De ces mouvements des peuples autochtones, qui sont fort nombreux,
limitons-nous ici à deux exemples incontournables : le mouvement de
la CONAIE en Équateur, depuis 1990, et le mouvement zapatiste (EZLN)
du Chiapas au Mexique, depuis 1994.

 La CONAIE

L’Équateur fut, par excellence, le pays pionnier en matière de luttes
des peuples autochtones. Déjà, dans les années soixante, les Shuars
créèrent, avec l’aide des missionnaires salésiens, la première organisation
indigène du continent. Quelques années plus tard, la Confédération
des nationalités indigènes d’Équateur (CONAIE) “fut le premier
grand mouvement social indigène d’Amérique latine” (Saint-Upéry,
2007, 198). Née en 1986, dans un pays ravagé par des crises politiques
et économiques dramatiques, la CONAIE organise, en 1990, la
première grande mobilisation des paysans indigènes, en lutte pour la
terre. En 1996, elle se dote d’un parti politique, le Pachakutik, pour
participer aux élections, être présente au parlement et agir sur le gouvernement
 : elle obtint ainsi, notamment, la création, en 1998, d’ “un
organisme d’État chargé de coordonner les programmes à destination
du monde indigène.” (Saint-Upéry, 2007, 202 et Barrera Guarderas,
2005, 155).

 Les Zapatistes

Si ce mouvement fut, de tous, le plus médiatisé, c’est sans doute parce
que son idéologie et son mode d’organisation reflètent au mieux
le renouveau des luttes d’aujourd’hui. Il a su parler à la “nouvelle
gauche”, tant latino-américaine qu’occidentale, le langage renouvelé,
que la mutation culturelle lui a appris à entendre ; il a su articuler,
avec plus de justesse que tout autre, les inquiétudes sociales, politiques,
ethniques, identitaires, individuelles et même écologiques,

que suscite l’application, particulièrement sauvage au Mexique, du
modèle néolibéral.

L’histoire est bien connue : le premier janvier 1994, le jour de la signature
de l’ALENA, l’armée zapatiste déclare la guerre au gouvernement
mexicain et occupe des territoires municipaux qu’elle va bientôt
déclarer autonomes et administrer à sa manière : par une démocratie
directe exemplaire. Elle négociera avec les gouvernants, en exigeant la
participation, non seulement des indigènes du Chiapas, mais de tous
ceux du Mexique, qui compte cinquante-neuf peuples autochtones. Les
pourparlers aboutissent, en 1996, à la signature des “Accords de San
Andrés”, mais le président de la République (Zedillo) refuse de les accomplir,
et la guérilla reprend. Le nouveau président (Fox), élu en 2000,
s’engage à respecter ces accords et à légiférer dans le sens convenu,
mais il modifie la loi qu’il propose au Congrès de l’Union, tant et si bien
qu’il la vide de sa substance. Début 2001, les Zapatistes organisent une
marche dans tout le pays, jusqu’à la capitale : une action spectaculaire
mais sans grande efficacité. Aujourd’hui, après moult rebondissements,
notamment à l’occasion des dernières élections (2006), la lutte continue,
mais semble s’essouffler peu à peu.

Ces mouvements, à forte composante ethnique et culturelle, sont traversés
par d’importantes tensions, difficiles à gérer. Outre les rapports
complexes – pour tout mouvement social – avec les partis politiques
outre les tensions entre les exigences de l’action armée, prônée par les
plus radicaux et celles de la négociation, défendue par les plus modérés,
la dimension proprement culturelle (ethnique) de leur identité leur
pose problème, car elle les expose à deux dangers contraires (Duterme,
2000, 25) : le repli intégriste et la lente dilution de leur enracinement
identitaire, avec, à terme, l’assimilation. Si les deux mouvements analysés
ici sont exemplaires, et s’ils durent, c’est notamment parce qu’ils
ont su gérer convenablement, malgré d’énormes difficultés, ces noeuds
de tensions internes.

Mobilisation des exclus

Cependant, les mouvements indigénistes ne sont pas la seule forme de
lutte contre le néolibéralisme en Amérique latine. On y trouve aussi des
mouvements sociaux et politiques qui, sans introduire (ou beaucoup
moins) cette dimension culturelle, réagissent à la montée des inéga28
lités, du chômage et de l’exclusion, et exercent des pressions sur les
gouvernements. Deux exemples doivent également être cités ici : le
mouvement des Sans-terres au Brésil, depuis 1980 ; le mouvement des
Sans-emplois en Argentine, depuis 2001.

 Les Sans-terres au Brésil

“Né au début des années 1980 dans l’État du Rio Grande do Sul, très
lié à la théologie de la libération et à la pastorale de la terre, le MST
est le plus important mouvement de lutte paysanne de la planète. […]
Il organise plus d’un million de travailleurs agricoles dépourvus de
terre, dans un pays où aucune réforme agraire substantielle n’a jamais
été mise en oeuvre et où 1 % des propriétaires terriens possèdent 54
% des terres cultivables. […] Il a conquis près de sept millions d’hectares,
divisés en lopins de dix à vingt hectares, que les familles membres
du mouvement exploitent de façon individuelle ou collective.
[…] Le MST accorde également une énorme importance à l’éducation
de ses membres : alphabétisation, formation politique et militante des
jeunes et des adultes. […] Les Sans-terre ont construit 1.800 écoles,
scolarisant 160.000 enfants et 3.900 éducateurs, pratiquant la pédagogie
de Paulo Freire, ont été formés par le mouvement en relation avec
sept universités publiques.” (Saint-Upéry, 2007, 57)

Pendant le premier gouvernement de Lula da Silva (2003), le MST a
conservé envers le PT (Parti des Travailleurs) une relation d’appui critique
 : “Dès les débuts du mandat de Lula, le MST n’a pas caché ses
griefs à l’égard du gouvernement pétiste.” (Saint-Upéry, 2007, 57) Certes,
il n’a pas obtenu tout ce qu’il espérait, mais les acquis (crédits
agricoles, électrification, logements ruraux, légalisation de terres occupées…)
sont tout de même supérieurs aux déceptions (autorisation de
cultiver du soja transgénique, favoritisme politique, fiscal et financier à
l’égard de l’agrobusiness, nombre insuffisant de légalisations de terres
occupées…) (Saint-Upéry, 2007, 58) C’est pourquoi, en 2006, malgré les
accusations de corruption dont fut l’objet le PT, le MST a pris position
en faveur de la réélection de Lula.

 Les Sans-emplois en Argentine

Quand on perd à la fois son emploi et le peu d’économies qu’on avait
péniblement réussi à amasser sur un compte bancaire, il est urgent
de faire fonctionner son imagination ! De la débâcle de 2001, ont
29
surgi non seulement de la colère et du dégoût, bien exprimés par un
slogan fameux, mais surtout une myriade de formes d’action revendicatives
(barrages routiers, piquets de grève) et “débrouillardes” (clubs
de troc, émission de monnaie sociale, entreprises récupérées) . Ces
actions se sont multipliées, au plus fort de la crise, sous le gouvernement
De la Rúa. L’élection du péroniste Nestor Kirchner a changé la
donne : il a mis en place des politiques sociales et d’assistance pour
parer au plus pressé, mais il a aussi divisé le mouvement, en criminalisant
(par la presse et les tribunaux) les plus radicaux (certains
groupes de piqueteros) et en intégrant dans les instances du pouvoir,
ou en aidant et en encadrant, les plus modérés (d’autres groupes de
piqueteros et les entreprises autogérées) (Svampa, 2007, 32).

Les quatre mouvements brièvement décrits ci-dessus ont au moins en
commun d’avoir été puissamment stimulés par la rencontre explosive de
deux conditions : d’une part, l’espoir d’une amélioration des conditions
de vie, éveillé par la vague démocratique qui se répand sur l’Amérique
latine à partir des années 1980 ; d’autre part, l’immense déception de
cet espoir, provoqué par l’application sauvage d’un modèle néolibéral
qui accroît les inégalités et détériore ces conditions de vie (Polet, 2007,
14 ; Duterme, 2005, 7-19). C’est bien connu : toujours, l’espoir déçu,
parce qu’il engendre un sentiment de privation relative, est le meilleur
catalyseur des rébellions.

Du marché au retour de l’État

Les actions de ces mouvements ont eu pour effet de sensibiliser l’opinion
publique aux effets néfastes d’un néolibéralisme sauvage, et
d’exercer des pressions sur les dirigeants politiques, dans un contexte
plus ou moins démocratique. Tout cela s’est traduit, depuis les années
deux mille, par des changements politiques importants, que beaucoup
qualifient de “virage à gauche de l’Amérique latine”. Dans pas moins
de huit pays, des forces politiques, les unes plus, les autres moins antinéolibérales,
ont réussi à prendre le contrôle des gouvernements : le
Venezuela de H. Chávez (élu en 1999, puis en 2002), le Brésil d’I. Lula
(élu en 2002, puis en 2006), le Chili sous R. Lagos (2002), puis M. Bachelet
(2006), l’Argentine de N. Kirchner (depuis 2003), la Bolivie d’E.
Morales (depuis 2005), l’Uruguay avec T. Vasquez (2005), ainsi que,
plus récemment, l’Équateur de R. Correa (2006) et le Nicaragua de D.
Ortega (2006). D’autres, sans doute, suivront dans les années à venir !

Savoir si ces gouvernements sont bien “de gauche” , ou ne le sont
pas vraiment, est une question très complexe. Qu’il soit clair, en tout
cas, qu’aucun d’entre eux n’est anticapitaliste : ils sont, à doses très
variables, anti-impérialistes et anti-néolibéraux, mais ne mettent pas
en cause la voie capitaliste de production de la richesse économique.
Comme le dit bien Alvaro Garcia Linera, militant convaincu de l’extrême
gauche, aujourd’hui vice-président d’Evo Morales : “la Bolivie
restera capitaliste dans les cinquante ou cent prochaines années” (Stéfanoni
et Do Alto, 2007, 47).

Ce qui est certain, par contre, c’est que tous ces gouvernements, cherchent
à renforcer le rôle de l’État, afin que leur pays ne subissent plus
les effets néfastes d’une compétition internationale, non pas dérégulée
comme on a trop tendance à le croire, mais régulée selon leurs intérêts
impérialistes par les États les plus hégémoniques, les entreprises multinationales
industrielles et commerciales, les grands opérateurs financiers, et les organisations supranationales qui sont plus ou moins à leur
service.
Je vais essayer, très modestement , d’analyser ici trois de ces tentatives –
celles du Venezuela, de la Bolivie et de l’Argentine –, non pas – surtout
pas ! – par rapport à leurs discours, mais bien à l’aune de leur capacité
effective de promouvoir un développement éthique et viable.


1. Le développement éthique et viable

Pour mener à bien une telle analyse, il est indispensable de définir
d’abord ce qu’il faut entendre par “développement éthique et viable” et
de se doter d’une grille d’analyse qui permette de comparer et d’évaluer
les pratiques concrètes. Et pour construire un tel concept, il nous
faut reconnaître enfin l’immense complexité de la question du développement
et cesser de la simplifier, comme les sociologues et les économistes
l’ont fait jusqu’à présent. Faute de quoi, nous continuerons à
écrire des livres et à organiser des colloques, qui ne serviront à rien !

Dire d’un phénomène qu’il est complexe signifie qu’il faut le considérer
à la fois dans toutes ses dimensions, même (et surtout) si celles-ci sont
contradictoires. Or, il en va bien ainsi du processus de développement.
Toutes les raisons – et sans doute d’autres encore – que les sociologues
et les économistes ont invoquées jusqu’ici, pour expliquer l’absence ou
l’insuffisance de dynamisme de certaines sociétés, sont vraies ensemble,
et doivent donc être considérées dans leur articulation et leurs contradictions.
C’est cette idée centrale que nous allons essayer d’expliciter
ici.

Le développement consiste à gérer des
contradictions

Des innombrables tentatives de développement qui ont été entreprises
dans les pays du Sud depuis plus d’un demi-siècle, nous retiendrons les
cinq leçons suivantes :

  • Il n’y a pas de développement viable d’une collectivité humaine – locale, nationale, régionale – sans expansion de ses échanges économiques, politiques, culturels, démographiques, avec les autres. L’autarcie n’est pas “payante” et elle l’est moins encore avec l’avancée actuelle de la mondialisation, qui la rend carrément impossible. Cependant, le développement n’est pas viable non plus si cette collectivité, en échangeant avec les autres, perd (ou ne récupère pas) le contrôle de ses ressources propres, et si, dès lors, elle ne peut en bénéficier pleinement pour améliorer les conditions de vie de ses membres. Or, il est évident que c’est justement par le biais des échanges intersociaux qu’une collectivité peut perdre – et perd effectivement –, le contrôle de ses ressources ! Car ces échanges sont, en effet, des relations de concurrence et de domination, où chaque collectivité profite autant que possible de sa force et exploite au mieux les faiblesses des autres. Il s’agit donc bien là d’une première et délicate contradiction  : il faut savoir à la fois participer aux échanges, s’ouvrir sur le monde et, cependant, ne pas perdre, à court, moyen ou long terme, le bénéfice des richesses que la nature – que le hasard – a placées à l’intérieur des frontières.
  • Il n’y a pas de développement viable sans croissance de la richesse matérielle produite : il est évidemment indispensable de faire grandir le “gâteau” si l’on veut améliorer les conditions matérielles et sociales de vie d’une population. Même si le développement ne consiste pas seulement à “rattraper un retard” dans la classification des “PIB par tête”, on doit bien reconnaître que cette croissance est pourtant indispensable. Mais deux obstacles fondamentaux peuvent rendre cette croissance inviable.
    • D’une part, les limites éthiques de cette croissance : elle cesse d’être viable si le “gâteau” est mal partagé, s’il ne profite qu’à quelquesuns et laisse dans la misère et l’exploitation la plus grande partie des membres de la collectivité. L’injustice engendre toute sorte de misères sociales et ce, plus encore dans un monde de communication où chacun peut voir le niveau de vie des autres. Hélas, c’est bien connu, ceux qui contrôlent les moyens de faire croître la richesse ne sont généralement pas enclins à la partager : ils ont la vue courte, ils ne voient que leurs intérêts, ils font preuve le plus souvent d’un égoïsme incommensurable, d’une irresponsabilité intolérable. Aussitôt qu’il est question du moindre partage, ils se mettent à menacer : ils réduisent leurs investissements et expatrient leurs capitaux. Voici donc une autre contradiction : il faut savoir partager le “gâteau” tout en continuant à le faire croître.
    • D’autre part, les limites écologiques de cette croissance : elle cesse aussi d’être viable si elle implique le recours à des technologies qui mettent l’environnement en péril. On sait bien qu’il n’y a pas de développement sans innovation technologique, sans une participation active au grand mouvement humain de progrès des connaissances, d’invention et d’adoption de techniques nouvelles, permettant d’assurer la croissance et de diversifier l’économie, mais aussi de soulager la souffrance et le travail des humains. Cependant – on en est aujourd’hui de plus en plus convaincu –, ce développement n’est pas (n’est plus) viable s’il perturbe les équilibres écologiques et s’il épuise les ressources non renouvelables d’une planète si maltraitée qu’elle en devient trop petite. Or, évidemment, c’est bien en inventant sans cesse des techniques nouvelles que les humains en sont arrivés à mettre en péril leur propre niche écologique. D’où une autre contradiction encore : il faut savoir promouvoir la technologie tout en en faisant bon usage, sans détruire l’environnement naturel.
  • Mais le développement n’est pas seulement un processus économique et technique. C’est aussi une tâche politique, longue et complexe, qui a besoin d’être programmée, guidée, mise en oeuvre par un acteur-pilote cohérent, fort et uni, donc par un pouvoir exécutif – un gouvernement – capable de mobiliser les ressources humaines et matérielles de manière efficace et efficiente. Cependant, un tel pouvoir – comme l’expérience historique l’a abondamment prouvé de34 puis des siècles –, finit toujours par se transformer en oligarchie et par se corrompre, s’il n’est pas soigneusement surveillé par les citoyens, grâce à des institutions de contrôle. La démocratie est une des manières d’instituer ce contrôle. Or, les rapports entre le développement et la démocratie politique sont très complexes : parfois, ces deux termes entretiennent entre eux un “cercle vertueux” (plus de l’un engendre plus de l’autre), mais parfois, ils se contredisent (chaque terme tend à paralyser l’autre). Voici donc une quatrième contradiction : il faut parvenir à instaurer ce “cercle vertueux”, qui permet de concilier un gouvernement fort avec le respect des exigences de la démocratie politique (le droit des citoyens de choisir, contrôler, critiquer et, au besoin, changer leurs gouvernants ; l’autonomie relative des pouvoirs...).
  • On l’a maintes fois éprouvé, le développement n’est pas possible si la collectivité est constamment perturbée par des actions violentes. C’est pourquoi, il importe tellement d’instituer un contrat social acceptable, en favorisant la constitution de corps intermédiaires (groupes de pression, syndicats de travailleurs ou de métiers, mouvement sociaux), qui représentent et négocient les intérêts de leurs membres et qui institutionnalisent ainsi les conflits entre eux et avec l’État. Mais, comme nous l’apprend aussi l’histoire concrète, ce contrat social exclut le plus souvent plusieurs catégories d’individus incapables de se constituer en acteurs collectifs : des pauvres, des précaires (quelle qu’en soit la raison), des minorités de toutes sortes (ethniques ou autres), qui ont aussi besoin d’aide et de protection et restent cependant victimes des inégalités. C’est donc une autre contradiction : c’est en instituant les conflits qu’on garantit la coexistence pacifique, mais c’est en excluant du contrat social certaines catégories d’individus qu’on remet en cause la démocratie sociale (le droit de toute catégorie de personnes – dans les limites du légal –, de s’organiser, de revendiquer, de négocier et de bénéficier de la protection de l’État).
  • Le développement implique un engagement, une mobilisation de la plus grande partie possible de la collectivité dans un projet de société crédible, une utopie qui donne du sens à l’existence de chacun, qui offre à chaque individu une place, un rôle à jouer, et qui intègre ainsi la société. Mais un tel projet ne convainc jamais tout le monde : de nombreux individus et groupes, pour des raisons diverses, n’y croiront pas, ne s’y impliqueront pas, voire le combattront. Pour qu’il soit viable et éthiquement défendable, cette utopie ne doit pas dégénérer en idéologie : ce projet d’avenir ne peut devenir dogmatique, sectaire ou totalitaire, car il importe de respecter les droits des individus de penser, de s’exprimer et de mener leur existence comme ils l’entendent, même si, ce faisant, ils n’apportent pas leur contribution au mouvement collectif. C’est, là encore, une contradiction : car ceux qui sont porteurs d’un tel projet ont tendance à ne pas tolérer les tièdes, et encore moins ceux qui ne pensent pas comme eux.

Les conditions d’un développement éthique et
viable

Sans prétendre être exhaustif, il semble bien que les “leçons de l’histoire”,
que nous venons de rappeler, nous ont fourni les cinq conditions
que nous considérons comme nécessaires à un développement éthique
et viable :

Valeurs-guides DEVELOPPEMENT… mais

ÉTHIQUE ET VIABLE

L’autonomie inter-socialeParticiper aux échanges
inter-sociaux
(écon., polit.
et cult.)…
mais sans perdre
(ou en récupérant) le
contrôle des richesses
collectives.
Le bien-être
économique
Faire croître et diversifier
la production de
richesses…
mais veiller à leur
répartition équitable
et à la protection de
milieu naturel.
Le consensus
politique
Mettre en place un
pouvoir exécutif fort et
cohérent…
mais respecter les
exigences de la
démocratie politique.
Le contrat
social
Garantir une forte institutionnalisation
des
conflits…
mais respecter les
exigences de la
démocratie sociale.
Le projet
culturel
Mobiliser les gens
dans un grand projet
de société…
mais sans tomber
dans le sectarisme, le
fanatisme et
la répression.

Ces conditions constituent bien des contradictions : c’est en voulant
faire l’une que l’on risque de ne pas pouvoir faire l’autre, et inversement.
C’est pourquoi le développement éthique et viable consiste bien,
pensons-nous, à gérer des tensions constantes, des équilibres précaires,
des justes milieux toujours provisoires, des synthèses entre des termes
antinomiques, bref, des contradictions indépassables.

On admettra sans peine que le développement est impossible si les
conditions qui figurent dans la seconde colonne ne sont pas réunies :
on ne conçoit pas (ou plus, aujourd’hui) un développement sans participation
aux échanges mondiaux, sans croissance économique fondée
sur l’innovation technologique, sans un gouvernement fort, sans une
bonne institutionnalisation des conflits et sans une forte mobilisation
de la population. Ce sont bien là, en effet, les conditions minimales
de réussite d’un projet de développement. Cependant, même quand
ces conditions sont réunies – ce qui est déjà fort rare –, il est habituel
que les tentatives s’essoufflent rapidement ou ne produisent que des
résultats décevants et provisoires. Pourquoi ? Parce que ces conditions
minimales ne résistent jamais très longtemps, si les acteurs ne tiennent
pas compte de celles qui figurent dans la troisième colonne, si elles
ne sont pas modérées et guidées par les exigences d’un développent
éthique et viable.

C’est en nous servant des cinq questions que pose cette “grille d’analyse”
que nous allons tenter maintenant d’évaluer les expériences de
développement actuellement en cours en Amérique latine, dans trois
des pays où des gouvernements dits “de gauche” s’efforcent de rétablir
un certain contrôle de l’État sur le marché.

2. L’autonomie inter-sociale

Deux des trois gouvernements examinés ici – le Venezuela et la
Bolivie –, tout en continuant à participer activement aux échanges
internationaux, sont en train de mettre en place des politiques visant à
échapper à la dépendance et à récupérer le contrôle de leurs richesses
nationales. La politique de l’Argentine est assez différente, comme nous
allons le voir.

  • Signalons d’abord que les trois pays en question ont remboursé la totalité de leur dette envers le FMI 10. Cette mesure apparaît comme un préalable à la liberté de gestion, aussi bien pour H. Chávez que pour E. Morales et N. Kirchner. Ils ont bloqué le projet, cher à G. Bush, de l’ALCA (Accord de libre-échange des Amériques), renforcé l’intégration sud-américaine du MERCOSUR, proposé l’extension de celui-ci aux pays de la Communauté andine, et lancé l’initiative de l’ALBA (Alternative bolivarienne pour les Amériques). En outre, ils ont établi, surtout à l’instigation du Venezuela, des formes de coopération entre eux. Des projets importants sont en cours de réalisation ou déjà mis en route : la solidarité en matière énergétique (Petro-Caribe, qui implique onze pays, et Petro-Sur, avec le Brésil), la construction d’un gazoduc (du Venezuela vers le Panama, et un autre vers le Sud), la création d’une banque commune de développement (Banco del Sur), le lancement d’une chaîne de télévision (Télésur), la coopération sanitaire… et militaire ! (Sader, 2006, 4 ; Houtart, 2007, 9)
  • La seconde dimension essentielle de cette politique concerne les nouvelles conditions que les gouvernants du Venezuela et de la Bolivie ont imposé aux entreprises multinationales pour les autoriser à investir dans leur pays. Ainsi, bien que H. Chavez garantisse la continuité des politiques néolibérales, la loi sur les hydrocarbures prévoit que les entreprises importantes seront désormais mixtes (Lander, 2005, 177). “Les majors [Shell, Chevron, Texaco et British Petroleum] ne pourront plus opérer seules dans le pays, mais devront le faire par l’intermédiaire des sociétés mixtes, dans lesquelles PDVSA [Petroleos de Venezuela] disposera de 51 % du capital.” (S-U 11, 116) Désormais, les investisseurs étrangers devront payer 30 % de la valeur des hydrocarbures extraits (Lander, 2005, 177), alors que ce taux n’est que de 20 % en moyenne dans les autres pays de l’OPEP. L’impôt sur les bénéfices des entreprises pétrolières est passé de 34 à 50 %.

Avec E. Morales, la Bolivie a suivi le même chemin. “La récupération
du gaz et du pétrole marque la politique nationale depuis 2003”, mais
la loi, votée par le Congrès en 2005, n’a pas été appliquée par Carlos
Mesa : elle ne l’a été qu’après l’élection de Morales. Elle prévoit que

“l’État bolivien récupère la propriété du gaz et du pétrole à la bouche
du puits et reçoit 50 % des revenus de la production” (Stefanoni et
Do Alto, 2007, 45). “Les entreprises pétrolières étrangères, jusqu’alors
propriétaires, sont devenues ainsi de simples prestataires de services,
qui devront remettre la totalité de ce qu’elles extraient à YPFB, associé
obligatoire, lequel contrôlera au moins 51 % des actions” (Bernal,
2006, 11). “Auparavant, durant la période néolibérale, les entreprises
pétrolières gardaient 82 % de la rente pétrolière et ne reversaient à
l’Etat que 18 %. Avec la nationalisation, la situation a été renversée :
82 % pour la Bolivie et 18 % pour les entreprises. Il y a bien eu des
protestations et des menaces de poursuites devant les tribunaux internationaux,
mais, finalement, toutes les compagnies pétrolières sont
restées en acceptant les nouvelles conditions” (Chávez, 2007).

N. Kirchner s’est montré beaucoup moins exigeant et agressif vis-à-vis
des entreprises étrangères. Il est vrai que la situation de l’Argentine,
dont il a hérité, était catastrophique et que l’urgence était ailleurs : il
fallait sortir de l’endettement excessif. Le processus de renégociation
(mené par le ministre de l’économie Roberto Lavagna) a été remarquable
 : “Non seulement le gouvernement argentin a obtenu la plus
grosse remise de dette de tous les temps, mais les délais de paiement
ont été fortement allongés, le taux d’intérêt réduit et un tiers de la dette
“pésifiée” (passée de dollars en pesos).” (S-U, 175) “Cette dette, qui
représentait 113 % du PIB, n’en représente plus que 72 %.” En outre,
en décembre 2005, le gouvernement a remboursé anticipativement
9,8 milliards de dollars au FMI, ce qui lui a fait faire non seulement
une grosse économie d’intérêts, mais surtout gagner son autonomie
vis-à-vis de cette puissante organisation. (S-U, 176)

Pour le reste, N. Kirchner n’a “pas touché à la propriété de la terre, ni
aux intérêts de l’oligarchie exportatrice de viande, de soja et d’autres
céréales” ; il s’est contenté, en revanche, de contrôler les profits excessifs
des éleveurs (en essayant de les obliger à vendre en priorité
sur le marché interne), ainsi que les prix des supermarchés, presque
tous étrangers.” (Almeyra, 2006). Mais, “en réalité, la rhétorique antinéolibérale
de Kirchner n’a pas été accompagnée par une politique
cohérente de renationalisation, orientée vers une véritable transformation
du cadre des mécanismes de régulation. Or, il s’agit là d’une
question très importante, en particulier en ce qui concerne le thème
des ressources naturelles (le gaz et le pétrole), qui continuent d’être
absents de l’horizon d’action du gouvernement” (Svampa, 2007b). On
signale cependant le projet de création d’une “entreprise publique
destinée à reprendre progressivement le contrôle sur les ressources
gazières et pétrolières nationales, privatisées par Menem en 1999.”
(S-U, 140)

  • Malgré les mesures prises par les gouvernants de ces trois pays, leur autonomie inter-sociale ne nous paraît cependant pas garantie à moyen et long terme : des politiques de diversification des exportations et de substitution des importations n’ont pas encore vraiment été mises en oeuvre jusqu’à présent.

Ainsi, au Venezuela, au premier semestre 2005, les exportations pétrolières
représentaient 85,3 % du total des exportations vénézuéliennes
(secteur public et secteur privé), alors qu’elles étaient de 68,7 %
en 1998. “La baisse des exportations non-pétrolières est constante
depuis l’élection de Chávez : de 31,22 % en 1998 à […] 14,74 %
au premier semestre 2005.” (S-U, 114) Par ailleurs, dans le secteur
de l’agriculture, la dépendance vis-à-vis de l’extérieur est grande :
le Venezuela (pays très urbanisé : 90 %) importe “près de 75 % des
aliments qu’il consomme.” (S-U, 114). Un développement viable ne
peut évidemment reposer sur une telle involution vers un modèle
mono-exportateur.

Il convient de signaler cependant que “les défenseurs du régime « chaviste
 » soutiennent, pour leur part, qu’il existe une véritable stratégie
de diversification industrielle et avancent d’autres chiffres à l’appui de
leurs thèses. D’après eux, la croissance extrêmement vigoureuse de
l’économie vénézuélienne, depuis 2004, serait largement attribuable
au secteur non pétrolier.” (S-U, 115). Quant à l’agriculture, des lois
dites “habilitantes” sont censées remédier à l’excès d’importation, en
stimulant la production interne : loi sur la pêche et l’aquaculture, loi
sur la terre et la réforme agraire… (Lander, 2005, 177).

De même, la Bolivie – du moins jusqu’à présent – semble compter
surtout sur ses exportations de gaz et de pétrole pour garantir
les revenus de l’État. “Toute la politique des ressources naturelles
du gouvernement d’Evo, qui comprend non seulement le gaz, mais
aussi les mines, consolide le modèle primaire exportateur, en laissant
de côté l’industrialisation et le marché interne […] En somme, des
bénéfices importants à court terme et des problèmes à long terme.”
(Zibechi, 2007)

Il faut signaler cependant qu’avec l’arrivée au pouvoir de Morales, la
dépendance de ce pays vis-à-vis des autres a changé : elle est passée
des Etats-Unis à Cuba, au Venezuela et au Brésil. “Douze jours après
être entré en fonction, Evo Morales a signé des accords de coopération
et d’assistance avec Cuba et le Venezuela, cherchant à briser
l’influence hégémonique des Etats-Unis dans la région.” (Chávez, 2007)
“En Bolivie, ce ne sont pas les Etats-Unis qui ont le plus grand poids
politique, mais le Brésil. […] Rien que l’entreprise brésilienne Petrobras
est responsable de 20 % du Produit Intérieur Brut (PIB) bolivien
et contrôle 46 % des réserves d’hydrocarbures du pays […]. Le gaz,
principale richesse bolivienne, est vendu majoritairement au Brésil et à
l’Argentine, deux pays qui ne peuvent se passer du gaz bolivien pour
leurs industries et leur consommation domestique.” (Zibechi, 2007) La
ligne internationale du gouvernement est donc claire : “promouvoir la
renégociation consensuelle des prix du gaz avec l’Argentine et le Brésil,
les relations de bon voisinage avec l’ancien ennemi héréditaire chilien,
le renforcement des liens avec l’Union européenne et l’intégration au
Mercosur.” (S-U, 247)

En ce qui concerne l’Argentine, ses exportations sont, depuis très longtemps,
plus diversifiées et plus élaborées que celles des deux autres
pays analysés ici. Cependant, il s’agit aussi de produits essentiellement
miniers ou agricoles (hydrocarbures, viande, soja…), qui sont très sensibles
aux soubresauts des marchés internationaux. Néanmoins, pour
des raisons historiques, l’autonomie inter-sociale de l’Argentine me paraît
plus solide que celle du Venezuela ou de la Bolivie.


3. Le bien-être économique

Les trois gouvernements qui nous intéressent ici se préoccupent, plus
ou moins selon les cas, de mettre en oeuvre une politique de croissance
économique, ou à tout le moins, d’accroissement des revenus de l’État, qui s’accompagne de politiques publiques et sociales de redistribution
des richesses.

  • Ainsi, ils cherchent, avec plus ou moins de vigueur, à imposer à leur classe dominante nationale une conception du développement plus conforme aux intérêts du pays et des masses populaires. Dans le cas du Venezuela et de la Bolivie, l’enjeu de cette tension entre les gouvernants et les entrepreneurs privés est la volonté des premiers de remettre en cause la privatisation des entreprises publiques, commencée sous les régimes néolibéraux.

Au Venezuela, H. Chávez a failli être renversé par un coup d’État en
avril 2002 pour avoir mené cette politique. “Le processus d’ouverture
pétrolière, qui faisait partie de la stratégie de privatisation de la gestion
de Petroleos de Venezuela, a été suspendu.” (Lander, 2005, 174)
La loi sur les hydrocarbures a permis la reprise en main par le gouvernement
de cette compagnie, qui était corrompue jusqu’à la moelle
et devenue un État dans l’État. En réaction, H. Chavez a dû affronter
une “grève patronale”, qui se poursuit depuis, ainsi qu’une fuite massive
de capitaux. “Les fortes tensions politiques à l’oeuvre entre le
gouvernement et le patronat n’ont pas permis d’atteindre le ‘climat
de confiance’ requis pour réactiver l’investissement privé, le retour de
la croissance et la création d’emplois. (…) Dès lors, “le processus de
désindustrialisation s’est poursuivi” (Lander, 2005, 186).

Le processus paraît plus général encore en Bolivie. Après les hydrocarbures,
“le gaz, la sidérurgie, l’eau et maintenant la téléphonie,
avant les mines et l’électricité : le gouvernement bolivien a fait […]
un pas supplémentaire vers la récupération des régies privatisées durant
les années 1980-1990, en annonçant la constitution d’une commission
interministérielle chargée d’ouvrir des négociations avec la
multinationale italienne ETI – actionnaire majoritaire de l’Empresa
nacional de telecomunicaciones (ENTEL). […] Après ENTEL, La Paz a
déjà annoncé que ses prochains objectifs seront la reconstitution de
l’ex-monopole électrique ENDE. […] Des six entreprises publiques
démantelées par Gonzalo Sánchez de Losada, seules ENFE, la société
ferroviaire, et LAB, la compagnie aérienne nationale, ne sont pas en
voie de récupération.” (Pérez, 2007) “Pour le gouvernement d’Evo
Morales, faire de l’Etat le principal actionnaire d’ENTEL est surtout
l’occasion de rediriger ses énormes profits vers les secteurs défavorisés.
Avec 90 % de parts de marché sur Internet et plus de 70 % sur les appels longue distance et la téléphonie mobile, l’ex-monopole
d’Etat aurait “exporté” quelque 300 millions de dollars depuis sa privatisation
en novembre 1995. Autant d’argent qui n’a pas été réinvesti
dans le développement d’ENTEL, accusent les consommateurs.” (Pérez,
2007)

Du coup, Morales doit affronter la rébellion des riches de la “media
luna”. “La seule force sociale capable de tenir tête au gouvernement
du MAS est l’oligarchie de Santa Cruz. Non seulement il s’agit de la
région la plus prospère du pays [agrobusiness, hydrocarbures], mais
elle dispose aussi de l’unique classe dominante qui a des intérêts spécifiques
différents de ceux du reste des Boliviens, y compris les élites
du reste du pays.” (Zibechi, 2007) “Les classes dominantes de Santa
Cruz sont en train de monter un projet autonomiste pour empêcher
que les luttes sociales du pays ne perturbent le processus d’accumulation
de capital et ne mettent des limites à leur pouvoir. Selon certaines
analyses, il est possible que soit déclenchée une guerre interne à
caractère séparatiste, dirigée par l’oligarchie de Santa Cruz. Plusieurs
informations de médias indépendants rendent compte de l’existence
de camps d’entraînement de groupes paramilitaires à Santa Cruz,
avec l’appui de mercenaires colombiens. Il semble évident qu’une
fraction des classes dominantes de cette région est en train de miser
sur la guerre.” (Zibechi, 2007)

Il n’en va pas de même en Argentine : le gouvernement de Kirchner
n’a pas recherché d’affrontement avec la classe dominante locale ; il
n’a pas renationalisé les entreprises que Menem avait privatisées. Il
s’est contenté de les surveiller, de congeler leurs tarifs (parfois en les
subsidiant, afin d’éviter des hausses qui pourraient mécontenter et
mobiliser la population) et, exceptionnellement, de ré-étatiser celles
qui ne respectaient pas leurs engagements (dans des secteurs vitaux
comme la distribution de l’eau, la poste, les chemins de fer…).

  • Dans les trois pays en question, les politiques interventionnistes de contrôle des marchés ont eu pour conséquence de remplir les caisses de l’État. Au Venezuela, “le pétrole […] représente aujourd’hui plus de 50 % des recettes fiscales” (S-U, 114), et cela, avec un baril dont le prix ne semble plus avoir de limite ! “Les revenus du pétrole, qui sont passés de 226 dollars per capita en 1998 à 728 dollars en 2005, ont été une mine d’or, qui a donné au gouvernement une énorme liberté face à la capacité du capital privé de menacer de grèves d’investissements.” (Wilpert, 2007).

En Bolivie, avant Morales, le pays recevrait annuellement 250 millions
de dollars américains pour son gaz et son pétrole : avec la
‘nationalisation des hydrocarbures’, l’augmentation des prix de vente
du gaz à l’Argentine et les volumes plus importants d’exportation, le
pays recevrait, en 2007, environ 1.300 millions.” (de la Fuente, 2007,
12). Dès lors, “au contraire de ce qui se passait au cours des années
précédentes, les comptes de l’État ont présenté [en 2006] un excédent
(et non un déficit) de 460 millions de dollars américains, équivalent à
4,3 % du PIB.” (de la Fuente, 2007)

En Argentine, la gestion des finances publiques se caractérise par une
extrême prudence budgétaire : c’est un “capitalisme national sérieux”
(S-U, 140). Et, comme dans tous les pays latino-américains, le talon
d’Achille est la politique fiscale : “l’État argentin prélève peu et mal”
(S-U, 179) Malgré cela, l’excédent budgétaire est “sans précédent”
(S-U, 177) : d’où vient-il ? L’accroissement des recettes fiscales est
venu surtout de la renégociation de la dette publique, de la dévaluation
du peso et de l’excellente conjoncture économique actuelle : “Le
secret de la récupération argentine réside dans un taux de change
qui requiert un dollar fort, et dans un énorme taux de profit assorti
d’une très haute productivité, alors que les salaires restent très bas.”
(Almeyra, 2006) “Dans presque tous les secteurs, les résultats macroéconomiques
de 2006 étaient excellents (de même que les prévisions
pour 2007) et prolongeaient la tendance constante des trois premières
années du mandat de Kirchner.” (S-U, 177)

  • Avec l’argent ainsi récolté, ces gouvernants ont mis en oeuvre des politiques publiques et sociales plus ou moins importantes.

Au Venezuela, l’État “s’est mis à impulser des politiques de type offensif,
orientées vers la consolidation de sa base politique et sociale
 : des politiques publiques concrètes, tangibles, avec des impacts
concrets sur les conditions de vie de la majorité de la population.”
Il y a eu une augmentation significative des dépenses publiques (de
22,7 à 27,8 %) et des dépenses sociales (de 8,4 à 11,3 % du PIB), entre
1998 et 2001 (Lander, 2005, 182). Ces politiques (le plan Bolivar) sont
“focalisées vers les groupes les plus vulnérables” : réparation des in44
frastructures urbaines et des routes, construction d’écoles, d’hôpitaux,
de logements, distribution de nourriture, etc. (Lander, 2005, 180-181).
On observe aussi “une hausse significative et viable d’inscriptions
scolaires à tous les niveaux.” (Lander, 2005, 182) Pour la santé, avec
l’aide de médecins cubains, l’État a offert un programme de soins et
de médicaments gratuits et “de visites à domicile dans les régions
les plus nécessiteuses” (Lander, 2005, 185) “La politique gouvernementale
est telle que le Venezuela est le seul pays du continent où
les droits sociaux progressent.” (Sader, 2005, 79) Cependant, il reste
encore beaucoup à faire : “si vous partez de 1998, […], le taux de
pauvreté a été constamment supérieur pendant les années suivantes.
On constate cependant une tendance à la diminution de la pauvreté
à partir de 2004, et il est possible qu’on arrive en 2006 à un niveau
inférieur à celui de 1998.” (S-U, 108)

La Bolivie – où il reste 67,3 % de la population sous la ligne de
pauvreté. (Bernal, 2006, 11) – a suivi le même chemin : “La construction
d’infrastructures hospitalières et éducatives en zone rurale, les
programmes d’alphabétisation, la distribution gratuite de documents
d’identité […], l’importation de tracteurs vendus à faible coût aux
agriculteurs et l’installation de lignes téléphoniques, autant de mesures
qui ont marqué la première année du gouvernement d’Evo.”
(S-U, 246)

En Argentine, “d’une part, l’État développa des stratégies d’endiguement
de la pauvreté par l’octroi, toujours plus important, de plans sociaux
et d’assistance alimentaire aux populations concernées ; d’autre
part, il s’orienta vers un renforcement du système répressif visant
à maîtriser les conflits sociaux, en réprimant et en criminalisant les
groupes sociaux les plus mobilisés. » (Svampa, 2005, 116) Cependant,
“en ce qui est des indicateurs sociaux […], par rapport au pire moment
de 2002, ils sont tous en hausse, mais, par rapport aux années 1990,
seul l’emploi s’est amélioré.” (S-U, 177) Ainsi, “avec trois millions de
chômeurs en moins, le taux de chômage est passé de 20 % en 2002
à environ 12 % en 2006. Il tournait autour de 15 % dans les années
1990.” (S-U, 177) “Dans la même période [2002-2006], le taux de
pauvreté est passé de 57 à 33 % (contre 24 % dans les années 1990).
L’inégalité à également décru. […] Entre autres projets pour 2007, le
gouvernement a annoncé une forte hausse du budget de l’éducation,
une augmentation des retraites de 13 % – dont seront bénéficiaires
4,2 millions de personnes – et un vaste programme de construction
de logements sociaux et d’infrastructures.” (S-U, 177) “Sur le plan
social, il a élevé les revenus des retraités et des instituteurs, bien audelà
d’une simple récupération de l’usure due à l’inflation.” (Almeyra,
2006) Bref, il s’agit plutôt de programme de récupération du relatif
bien-être argentin d’avant les années Menem, que d’une amélioration
par rapport aux années 1990. C’est ce qui explique le jugement sévère
de Zibechi : “Concentration de richesse, en haut, contrôle des
pauvres non organisés au moyen d’allocations, en bas. […] C’est l’un
des axes centraux de la nouvelle gouvernabilité, mais pas le seul.
L’autre est la relégitimation [de l’État] grâce à l’appropriation des bannières
historiques des gauches et des mouvements (droits humains,
égalité, etc.) et surtout un discours – rien qu’un discours – qui ne
s’attaque pas aux problèmes de fond mais qui parvient à diviser les
secteurs populaires.” (Zibechi, 2006)

  • Mais la politique de “partage du gâteau” reste extrêmement fragile – clientéliste, voire populiste – aussi longtemps qu’elle ne repose pas sur une croissance économique durable. En effet, ce n’est pas parce que l’État récupère une plus grande part de la plus-value pour la redistribuer, que la richesse nationale produite grandit ! Y a-t-il eu croissance économique dans ces trois pays ?

Au Venezuela, les chutes de l’investissement, suite à la grève patronale,
ont contribué à celle du produit intérieur brut entre 1999
et 2002. La chute du PIB est de 7,4 % pour l’année 1999 et atteint
12,6 % pour l’année 2002.” (Lander, 2005, 176) Même si la croissance
a repris après 2004, “entre 1999 et 2005, le PIB réel par habitant n’a
jamais dépassé le niveau atteint en 1998.” (S-U, 108) En Bolivie, il est
trop tôt pour se prononcer sur cette question. Cependant, en 2006,
“le PIB a augmenté de 4,1 % et les exportations ont augmenté de
40 %.” (de la Fuente, 2007, 12) En Argentine, “sur le plan économique,
le gouvernement bénéficie d’une salutaire et remarquable reprise
de la croissance ; grâce à un boom des exportations stimulé par
la dévaluation drastique du peso argentin, effectuée par Duhalde au
pire moment de la crise, le PIB augmente de 8,7 % alors qu’il avait
chuté de 10,9 % en 2002.” (S-U, 140)

On le voit, la croissance économique reste précaire, dans la mesure
où elle dépend largement de variables que les gouvernants ne contrôlent
pas : ils sont contraints de composer avec les partisans internes
et externes du libre marché. Pour expliquer leur claudication face
au néolibéralisme, A. Boron souligne la “capacité de chantage” des
secteurs dominants : “fuite des capitaux, grève des investissements,
pressions spéculatives, corruption de fonctionnaires, etc.”, à laquelle
il est difficile de résister. Il y ajoute “la nécessité que des gouvernements
fortement endettés ont de devoir compter sur la bienveillance
de Washington pour viabiliser leurs programmes » : traitement préférentiel
garantissant l’accès au marché nord-américain pour leurs
produits ; renégociation de leur dette extérieure ; assentiment pour
faciliter l’entrée de capitaux et d’investissements de différents types ;
assistance technique, aide militaire…. (2005, 40)

Cependant, la croissance économique de ces pays ne dépend pas
uniquement des réactions des organisations impérialistes et de leurs
complices internes. Elle dépend aussi des initiatives que prennent
les États, et singulièrement, de leur manière de gérer les entreprises
publiques. Une question centrale se pose ici : les emplois créés sont-ils
productifs de richesses ?

Je me limiterai à un exemple. Au Venezuela, la plupart des emplois
qui ont été créés par les financements publics l’ont été dans des petites
et micro-entreprises ou dans des coopératives. “Jouissant d’un revenu
énorme et gérant des quantités d’argent astronomique, le pétro-État
vénézuélien est tentaculaire. […] C’est donc avant tout l’emploi public
qui a augmenté ces dernières années : il représente aujourd’hui
1,6 million de postes de travail.” (Lander, 2007, 64) Mais il est loin
d’être certain que les initiatives publiques soient productives. Ainsi,
le secteur des coopératives tendrait plutôt à démontrer le contraire.
“Il y aurait actuellement plus de 150.000 coopératives – contre
seulement 762 en 1998 ! – employant 7 % de la population active.”
(S-U, 123) Mais les trois quarts seraient inactives ou décédées ; beaucoup
ne subsistent que parce que l’État couvre leur déficit ; d’autres
sont des entreprises privées (pas du tout autogérées), déguisées en
coopératives pour bénéficier des marchés publics et des aides de
l’État. Il semble que “moins de 1 % des coopératives honorent vraiment
les principes du coopérativisme, comme la solidarité et le bénéfice
collectif.” (S-U, 124) Lucena (2007, 64) porte sur cette question le
même jugement que Saint-Upéry.

Par ailleurs, il convient aussi de se demander si les entreprises publiques
– que sont Petroleos de Venezuela ou YPFB en Bolivie – auront
la capacité technique d’assumer le rôle central que l’État leur assigne
désormais : être le partenaire principal de tous les investisseurs dans
le secteur stratégique des hydrocarbures. On se souvient, en effet,
de ce qu’elles étaient devenues sous les régimes politiques précédents,
de leur incapacité, inefficience, inefficacité et de leur corruption.
Qu’est-ce qui peut nous garantir qu’il en ira autrement dans le
futur ?

Or, face au capitalisme néolibéral mondialisé, l’économie étatique,
l’économie sociale solidaire et l’économie traditionnelle semblent bien
être les trois seules alternatives dont disposent ces gouvernants pour
promouvoir la croissance économique. Comme le déclare le viceprésident
bolivien, Alvaro García Linera, “il ne s’agit plus que l’économie
moderne absorbe l’économie traditionnelle dans le processus
de modernisation. Bien au contraire, il s’agit de reconnaître que ce
pôle économique pré-moderne continuera d’exister et qu’il doit être
soutenu par l’État, avec le but de l’articuler, sans le subordonner, au
pôle moderne de l’économie duale qui caractérise la Bolivie.” (Stéfanoni
et Do Alto 2007, 45) Le but n’est donc pas d’étatiser l’économie,
mais d’articuler les entreprises étatiques et privées (boliviennes et
étrangères), les micro-entreprises, l’économie paysanne et l’économie
indigène. (S-U, 245) Articuler, sans subordonner : l’intention est
louable, mais la traduction de ce principe dans la réalité sera sans
doute très difficile.

  • Nous manquons d’informations fiables sur la manière dont les trois gouvernements qui nous intéressent ici traitent la question écologique. Or, si nous manquons d’informations, c’est manifestement parce que ce problème est largement considéré comme secondaire, tant au Venezuela qu’en Bolivie ou en Argentine, et partout ailleurs en Amérique latine et dans les pays du Sud. Ce n’est pas leur problème ! “Comparée à son grand voisin du Nord, l’Amérique latine n’est pas un grand pollueur : 5 % du total mondial des émissions de gaz à effet de serre, selon les derniers chiffres publiés par le Programme des Nations unies pour l’Environnement” (Schmitz, 120). Á cette pollution, le Venezuela contribuerait pour 0,6 %, l’Argentine pour 0,5 % et la part de la Bolivie serait négligeable. Ils semblent donc ne s’y intéresser que parce que les grandes organisations supranationales les y contraignent. Et ils le font, “du bout des lèvres”, c’est-à-dire dans leurs discours plus que dans leurs pratiques. Même si elle est injusti48 fiable, cette attitude est cependant fort compréhensible : d’une part, puisque les pays du Sud ne sont pas les principaux responsables de la pollution, ils disposent dans les accords internationaux de quotas supérieurs à leur pollution réelle ; d’autre part, ceux qui polluent trop ont le droit, à certaines conditions, de profiter des excédents de quotas de ceux qui polluent moins. Dans ces conditions, il est évident que le Nord a grand intérêt à exporter sa pollution vers le Sud, notamment en y délocalisant ses entreprises et ses procédés les plus contaminants, et que le Sud a tout intérêt à les accueillir !


4. Le consensus politique

Les trois gouvernements dont nous parlons ici constituent, sans l’ombre
d’un doute, des pouvoirs forts, des États très interventionnistes. Mais
leurs dirigeants ont aussi été élus par des institutions et des procédures
considérées comme démocratiques. Comment gèrent-ils les rapports,
souvent contradictoires, entre les deux ? Plus précisément, qu’en est-il
des accusations de “dérive autoritaire” qui sont régulièrement portées
contre eux ?

Au Venezuela, la question est d’importance, car le régime de H. Chavéz
déchaîne des passions, pour ou contre, non seulement à cause de ce
qu’il fait, mais aussi à cause de sa manière de le faire… et de le dire !
Beaucoup craignent une dérive autoritaire du “chavisme”. Pourtant, il
a été “démocratiquement élu, et plusieurs fois relégitimé par les urnes
en sept ans : Chávez a survécu à un coup d’État en avril 2002, à une
virulente grève patronale et pétrolière pendant l’hiver 2002-2003, à un
référendum révocatoire de son mandat en août 2004 et aux manoeuvres
permanentes d’agression politique et diplomatique de Washington.”
(S-U, 2007, 93)

Mais, dans sa pratique concrète, respecte-t-il la démocratie ? On lui
reproche “le contrôle politique des organes judiciaires (en particulier
le Tribunal suprême de justice) et de l’autorité électorale ; la politisation
partisane de l’armée et la militarisation de la vie sociale, à travers
la création d’un corps de réserve de type cubain contre la soi-disant
menace d’invasion américaine ; la volonté de discipliner et de contrôler
les ONG à travers une législation restreignant leurs sources de finance49
ment ; l’idéologisation du système éducatif par l’inculcation des ‘valeurs
de la révolution’ ; les menaces répétées à l’encontre de l’autonomie
des universités sous prétexte de lutte contre leur ‘élitisme’ ; et surtout
les attaques systématiques contre la presse et la liberté d’expression.”
(S-U, 97)

Quelques distances vis-à-vis de ce tableau doivent pourtant être prises
ici. Le rapport 2005 du Département d’État des USA, qu’on ne peut
évidemment pas suspecter de “chavisme”, écrit à propos des droits
de l’homme au Venezuela : “La loi garantit la liberté de réunion, et
le gouvernement respecte généralement ce droit dans la pratique.”
(S-U, 99) “Il est exact que le Conseil national électoral (CNE) est contrôlé
par une majorité « chaviste », mais toutes les accusations de fraude
lancées par l’opposition ont été systématiquement démenties par les organismes
de contrôle internationaux.” Même les recteurs des universités,
“antichavistes”, ont confirmé ce fait. (S-U, 99) S’agissant des médias,
“il n’y a pas, au Venezuela, de censure, ni d’intervention directe contre
les rédactions.” Et ce, malgré l’usage très discutable que les médias font
de la liberté de la presse : “en cinq semaines de séjour au Venezuela,
j’ai vu six ou sept fois Chávez comparé, sans broncher, à Hitler dans des
journaux prétendument sérieux.” (S-U, 98)

Bref, “la présence d’une tendance à l’autoritarisme et au verticalisme militaire
dans le “chavisme” est indéniable, mais elle est loin d’être univoque
ou irrésistible.” (S-U, 100) La récente création d’un “Parti socialiste
unifié du Venezuela”, censé regrouper la plupart des partis de la gauche
autour du mouvement bolivarien et mener le pays vers le “socialisme
du 21e siècle, peut être interprétée, elle aussi, de deux manières : renforcer
la gauche, mais la placer sous contrôle du gouvernement.

Par contre, le bon fonctionnement des appareils administratifs, juridiques
et répressifs est – depuis bien avant le “chavisme” – perturbé
par la corruption. Or, celle-ci n’a pas diminué avec Chávez, et même,
“son éradication est passée au second plan des priorités du gouvernement”
(Lander, 2005, 188) Elle a largement pénétré les partisans du
“chavisme” souvent recrutés par opportunisme. La nomenklatura locale,
la “bolibourgeoisie” est mafieuse et corrompue : “le niveau exorbitant
de corruption est tellement voyant que même une partie des
médias pro-gouvernementaux s’en indigne.” (S-U, 125) A la corruption
s’ajoute l’insécurité qui règne dans les grandes villes et qui préoccupe
quotidiennement les habitants. Le problème n’est pas nouveau, mais le
régime ne s’est guère montré, jusqu’ici, capable de calmer les esprits : à
la violence mortelle des délinquants répond celle, tout aussi brutale, de
la police, et les homicides ont atteint des proportions telles que Caracas
est devenu une des villes les plus dangereuses du monde.

Cette situation sert de prétexte aux tentations de recourir à la violence
pour reprendre le pouvoir : l’armée et la droite ne cessent de comploter
contre le régime “chaviste” (mettant au moins une fois leur menace
à exécution, en avril 2002) et s’efforcent de déstabiliser le régime en
sabotant la démocratie (notamment, en refusant de participer aux élections)
et en incitant à la violence. Il est vrai que celle-ci est également
présente dans les rangs du “chavisme” et, plus généralement, dans leurs
affrontements avec les opposants, ce qui contribue à renforcer encore
le climat d’intolérance qui règne dans le pays, et que le “style” particulier
de Chávez n’est pas fait pour apaiser.

La situation est plus complexe encore en Bolivie. Il importe de rappeler
d’abord que, si le MAS a largement gagné les élections dans la partie occidentale
du pays (occupée principalement par des populations indiennes
et métissées, où le parti de Morales a remporté plus de 60 % des
voix en moyenne), ce n’est pas le cas dans ce qu’on appelle la “demilune”
(Santa Cruz, Tarija, Beni, Pando : départements habités par des
populations plus “blanches”, qui n’ont voté pour lui qu’à concurrence
de 16 à 31 %). Depuis longtemps, ce déséquilibre “racial” empoisonne
la vie politique bolivienne ; c’est pire encore depuis l’arrivée d’un “indien”
au gouvernement. Cette tension tend notamment à paralyser le
fonctionnement de l’Assemblée constituante.

La question de cette Assemblée est actuellement l’enjeu d’un conflit décisif.
L’élection des 255 Constituants, en juillet 2006, fut un succès pour
le MAS, qui obtint 54 % des sièges, et l’installation de l’Assemblée a eu
lieu en août avec succès. Celle-ci devait, en principe, produire un projet
de Constitution pour le mois d’août 2007, projet qui devait être soumis
aux citoyens par référendum. Mais l’assemblée fut immédiatement
paralysée : la loi prévoit, en effet, que “le nouveau texte constitutionnel
doit être approuvé par deux tiers des Constituants” (de la Fuente,
2007, 13). Or, le MAS ne dispose pas des deux tiers à l’assemblée. Dès
lors, deux interprétations de la loi s’opposent : le MAS estime que la
majorité absolue ne s’applique qu’à l’ensemble du texte de la nouvelle
Constitution, à la fin des délibérations, alors que l’opposition prétend
qu’elle est nécessaire pour adopter chacun des articles, à chaque étape
du processus (de la Fuente, 2007, 13). “D’après l’accord récemment
acquis entre la majorité gouvernementale et l’opposition, les articles
qui ne récolteront pas de majorité des deux tiers seront transmis à une
commission spéciale. Si le désaccord persiste, ils seront soumis à un
référendum populaire.” (Stefanoni, 2007)

Les conflits autour de l’Assemblée constituante perturbent l’ordre politique
interne. L’agitation sociale a repris dans la “demi-lune”, et surtout
à Santa Cruz, pour défendre les deux tiers, au nom de la démocratie,
accusant le MAS de dérive autoritaire. Grèves de la faim, manifestations…,
on estime à un million le nombre des personnes qui se sont
mobilisées. Or, un des enjeux centraux de la nouvelle Constitution est
la question de l’autonomie des départements, donc, rien de moins que
celle de l’intégration nationale.

En Argentine, “le gouvernement de Néstor Kirchner […] agit de manière
conséquente sur quelques fronts – comme les droits de l’homme,
l’épuration de la Cour suprême et la réorientation de la politique internationale
de l’Argentine” (Boron, 2005, 43) Il “a décapité la hiérarchie
militaire” et opéré une “purge drastique de la police fédérale”, il s’est
attaqué à la “majorité automatique constituée par les juges véreux nommés
par Menem”, et “a fait annuler par le Parlement les loi du ‘devoir
d’obéissance’ et de ‘punto final’”, ce qui entraîne la réouverture de
certains procès contre des tortionnaires. (S-U, 139)

Cependant, “pendant les deux premières années de son gouvernement,
Kirchner a dicté pas moins de 140 décrets dits “de nécessité et d’urgence”
[…]. Plus récemment, il a introduit des réformes qui consolident son
modèle de démocratie ‘délégative’ et ‘décisionniste’ […], ainsi que ladite
“loi des superpouvoirs”, qui renforce l’autorité du chef de cabinet (sorte
de premier ministre).” Il incarne “la figure du Prince de Machiavel”,
écrit Saint-Upéry (186), qui se laisse sans doute influencer par l’aspect
physique du personnage.

5. Le contrat social

La question sociale est au coeur du problème du développement éthique
et viable. Chaque gouvernement se doit d’instituer des dispositifs
qui garantissent la coexistence pacifique – donc de réduire ou d’élimi52
ner les sources potentielles de violence – de l’ensemble des groupes
d’intérêt qui composent sa population. Mais, pour aboutir à ce résultat,
la tentation est grande de recourir à des méthodes répressives, visant
à interdire l’expression des intérêts qui sont jugés incompatibles avec
le “maintien de l’ordre” et, du même coup, d’exclure du “jeu” de la
démocratie sociale des groupes minorisés – qui ne sont pas forcément
minoritaires !

Ainsi, au Venezuela, “l’État a joué ici un rôle de moteur de la mobilisation
et de l’organisation sociale. […] Toutefois, la manière dont le gouvernement
appuie le mouvement social remet en question l’autonomie
de ce dernier…” (Sader, 2005, 79) En s’attaquant durement au syndicalisme
sclérosé, bureaucratique et corrompu, pratiqué par la Confédération
des travailleurs vénézuéliens (CTV), Chávez a rendu possible
le redéploiement du mouvement ouvrier. “Un nouveau syndicat
finit par voir le jour en 2003, l’Union nationale des travailleurs (UNT),
avec pour objectif explicite d’être l’interlocuteur du gouvernement. […]
Cependant, l’orientation centraliste et présidentialiste du pouvoir est
telle que l’UNT est souvent mise devant le fait accompli.” (Lucena,
2007, 62) D’une manière plus générale, un État riche est toujours tenté
de s’acheter une clientèle politique et de la fidéliser en redistribuant la
richesse : cela s’appelle du populisme. Or, on ne résout pas le problème
de la pauvreté par des politiques d’assistance sociale, si généreuses
soient-elles, mais en mettant en place des dispositifs de qualification et
d’insertion professionnelles et en créant de vrais emplois, productifs,
qui contribuent à la production de richesses.

Ce danger menace autant la Bolivie que le Venezuela, bien que la
question sociale s’y pose d’une manière très différente et bien plus
complexe. On s’en souvient, la victoire électorale d’Evo Morales a été
préparée par une longue période d’agitation sociale : en avril 2000, la
“guerre de l’eau”, à Cochabamba, contre sa privatisation ; de mai
2002 à février 2003, la révolte de El Alto, réclamant une assemblée
constituante, contre le Président Sanchez de Losada ; de février à octobre
2003, la “guerre du gaz”, qui obligea Sanchez de Losada à démissionner
 ; en juin 2005, la seconde “guerre du gaz”, qui contraignit son
successeur, Carlos Mesa, à mettre fin à son mandat et déboucha sur les
élections de 2005 (Suarez, 2005, 49). Suite à cela, “le triomphe électoral
du 18 décembre 2005 a porté au gouvernement une nouvelle gauche
nationaliste, qui se conçoit comme l’instrument politique des syndicats
paysans, des organisations indigènes et du mouvement social populaire
urbain, qui, depuis 2000, animent un nouveau cycle d’action collective
contestataire, porteuse de revendications anti-néolibérales.” (Stefanoni
et Do Alto, 2007, 44).

Avec l’élection d’Evo Morales, “le caractère excluant et ethniquement
discriminatoire de l’État bolivien – basé en 1825 sur l’exclusion de 90 %
de sa population, les peuples ‘originaires’ aymaras, quechuas, guaranis,
etc. – est fondamentalement remis en question.” (Stefanoni et Do Alto,
2007, 44) Comme le dit bien Álvaro Garcia Linera : “Dans ce pays, […]
les Aymaras sont 25 %, le Quechuas 30 %, les Guaranis 4 % et les métis
32 %. Nous sommes un pays de minorités.”

Le nouveau pouvoir cherche donc à, “refonder la démocratie et la paix
sociale sur un État multiculturel” à “constituer un État social, qui définisse
la politique sur la base de la consultation, de la délibération civique.”
(S-U, 244) “Sur le plan politique, cette proposition se traduit dans un
‘Etat plurinational’, qui ne prévoit pas seulement les autonomies départementales
[…] – mais aussi des autonomies indigènes, où des formes
politiques et juridiques propres seront respectées.” (Stefanoni, 2007)

Morales est un leader charismatique et plutôt autoritaire, mais pas à
la manière de Chávez : “A la différence du populisme classique dans
lequel la relation entre le leader et les masses est directe […], le leadership
de Morales s’exerce à travers une multiplicité d’organisations
corporatives et de mouvements sociaux auxquels il doit rendre des
comptes, sorte de version bolivienne du ‘commander en obéissant’ des
zapatistes mexicains.” (Stefanoni et Do Alto, 2007, 47)

Dès lors, le défi le plus difficile à relever pour le gouvernement d’Evo
Morales est celui de la refondation d’un contrat social – une nouvelle
Constitution – permettant la coexistence pacifique de l’ensemble des
Boliviens dans une nation intégrée. Il faudra beaucoup d’imagination
et de patience pour réinventer une nation unie, qui permet à tous de
vivre pacifiquement avec les autres. D’autant plus que les enjeux ne
sont pas seulement culturels ou politiques, mais aussi très matériels.
“Les pressions sociales et régionales sont de plus en plus importantes
en ce qui concerne l’utilisation de la rente produite par l’exploitation
des hydrocarbures. Tous sentent qu’ils ont le droit d’exiger leur part… »
(de la Fuente, 2007, 12) De graves conflits ont déjà éclaté entre régions
autour de l’enjeu du partage des bénéfices de l’industrialisation du gaz.

Dans cette nouvelle conjoncture, qui éveille les appétits, le gouvernement
a organisé un référendum sur les autonomies. En majorité (58 %),
les électeurs ont voté non ! Cependant, ces résultats inversent ceux de
l’élection de Morales : ici ce sont les régions orientales (les plus riches),
qui sont favorables à l’autonomie (certaines sont même ouvertement
sécessionnistes), alors que le centre et l’ouest n’en veulent pas ! (de la
Fuente, 2007, 13) Du coup, le MAS lui-même est divisé sur la question,
non seulement entre partisans et adversaires de l’autonomie, mais aussi, entre ceux qui pensent qu’elle ne doit concerner que les départements
et ceux qui estiment qu’elle doit s’étendre aussi aux communautés
culturelles.

Deux positions extrêmes, difficilement conciliables, s’affrontent ainsi :
d’un côté, le projet du Pacto de Unidad [accord entre les populations
indiennes et afro-descendantes] qui prévoit non seulement l’octroi du
statut de nation aux peuples autochtones, mais aussi “la restitution
des territoires ancestraux, l’autogouvernement sur ces territoires et le
pluralisme juridique, politique, culturel et linguistique”, et exige aussi
que “les ressources naturelles […] se trouvant sur ces territoires soient
déclarées propriété autochtone” ; de autre côté, le projet de la Nación
Camba, qui exige l’autonomie des quatre départements formant la
“media luna.” (Rousseau, 2007)

Mais toute la question est de savoir ce qu’est une “communauté culturelle”,
dans un pays où cinq siècles de domination raciale ont détruit
l’identité fière d’une grande partie des peuples originaires : ainsi, au
recensement de 2001, seuls 19 % de la population s’est déclarée “indigènes”,
alors que 65 % se déclarèrent “métis” (de la Fuente, 2007, 14)
Que deviendront les métis dans un État pluriethnique ? “C’est pourtant
grâce à l’appui de cette classe moyenne urbaine [métisse] que la MAS
a pu remporter les élections de 2005 avec un si haut pourcentage de
suffrages.” (Rousseau, 2007) Aujourd’hui, ils introduisent des tensions,
parce qu’ils ne se sentent pas assez considérés dans le projet.

Le fait qu’une bonne partie des ministres, conseillers et parlementaires
viennent “d’en bas”, de ceux qui ont été exclus pendant cinq siècles”,
ne garantit rien. “Ce changement ne signifie pas que les modes et manières
de faire aient changé. Tout indique que le style de la politique
“d’en haut” se maintient. […] Le problème de fond est que le style
imposé dans l’Assemblée constituante reproduit les modes traditionnels
de la politique bolivienne : négociation et accords entre les chefs des
partis, dérobant le débat à la population. » (Zibechi, 2007) En outre
– comme ce fut déjà le cas dans le passé –, on observe un clientélisme
politique et un usage du MAS comme ‘agence d’emplois’ pour ses militants
(S-U, 246)

En Argentine, les mouvements sociaux, issus de la grande crise de 2001,
ont été le produit de l’imagination et de la capacité d’organisation des
masses populaires pressées par l’urgence. Or, Kirchner a, d’un côté,
réprimé les actions jugées illégales ou trop dérangeantes de certains
des mouvements sociaux (croisade anti-piqueteros) et, de l’autre, cherché
à coopter et à intégrer dans les appareils de son gouvernement,
les groupes les moins radicaux (Svampa, 2005). “Contenir les salaires,
s’allier avec les pires Charros 13 anti-ouvriers et serviles (les gordos de
la CGT) et empêcher l’émergence d’un mouvement ouvrier et d’autres
mouvements sociaux qui soient indépendants de l’Etat, […] telle a été la
politique officielle inamovible. [Ainsi, il ne concède pas de personnalité
juridique à la Centrale des travailleurs argentins (CTA), dont une partie
des dirigeants sont pourtant kirchnéristes.] Toutes les augmentations
de salaire (autrement dit, l’extension du marché interne) ont été obtenues
par des grèves illégales et c’est seulement très récemment que
le gouvernement a négocié des augmentations avec les corporations
professionnelles, pour préserver, essentiellement, la direction pro-gouvernementale
de ces dernières.” (Almeyra, 2006) En outre, comme au
Chili ou en Uruguay, il reste en Argentine (dans le Nord, l’Ouest et le
Sud) quelques minorités ethniques disséminées. Elles sont loin d’être
aussi combattives qu’en Bolivie et (par conséquent) ne semblent pas
faire l’objet d’une préoccupation spécifique de la part du gouvernement
Kirchner – pas plus d’ailleurs que de ses prédécesseurs.

6. Le projet culturel

Pour développer un pays, il faut investir tellement d’énergie, d’efforts,
de sacrifices, qu’il est préférable qu’une majorité des gens y croie : les
élites économiques et politiques peuvent difficilement faire leur “bien”
malgré eux, contre eux, ni même dans leur indifférence. Il faut un projet
crédible, un modèle susceptible de mobiliser les sentiments, auquel
les gens puissent s’identifier, duquel ils puissent retirer quelque fierté.
Bref, une utopie (au bon sens du terme). A cette fin, on peut ressusciter
les utopies d’avant-hier : la religion et les traditions qui en dérivent ;
les liens de sang (famille, clan, tribu, ethnie) et de territoire ; on peut
ressusciter les utopies d’hier, celles de la modernité : le nationalisme,
le communisme, le socialisme, le libéralisme ; mais toutes ont montré
leurs limites – et souvent, avec quelles conséquences : elles ont parfois
produit du développement, mais elles se sont toujours dégradées en
idéologies, servant à justifier les dominants et à abuser les dominés.
On peut encore en inventer de nouvelles : l’altermondialisme, les droits
de l’homme, de l’individu, l’écologie… L’homme est ainsi fait : il doit
croire parce qu’il a besoin de sens. Mais, quand il croit, il a une fâcheuse
tendance à vilipender et discriminer ceux qui ne partagent pas
sa foi ! Donc…

Donc, Hugo Chavéz, comprenant bien cette exigence, propose à son
peuple de croire à la “révolution bolivarienne” et au “socialisme du
21e siècle” : il s’agit d’un mélange de panaméricanisme latin anti-impérialiste
et de socialisme d’inspiration castriste (Bolivar + Castro). Cependant,
Chávez sait fort bien qu’on ne peut plus reproduire nulle part un
régime communiste de type soviétique. Même au nom de l’égalité, on
ne peut plus, dans la modernité d’aujourd’hui, mettre la liberté “entre
parenthèses” ! Or, le Venezuela, autant que l’Argentine ou les autres
pays du Cône sud, est profondément pénétré des cultes de la consommation,
de la compétition et de la communication, et de la culture
de l’individu, du sujet et de l’acteur. Saint-Upéry note avec justesse la
“frénésie consumériste” qui caractérise les Vénézuéliens, surtout, les
“nouveaux riches chavistes” : dans les malls de Caracas et… de la Floride
 ! (S-U, 105)

Qu’y a-t-il donc de neuf dans le “socialisme du 21e siècle” ? La réponse
n’est pas très claire (voir Wilpert, 2007) : on fait la route en marchant, et
les belles idées ont bien du mal à se traduire dans des réalités ! Á côté
de la réaffirmation forte du rôle d’intervention et d’initiative de l’État, on
insiste sur l’importance de la démocratie sociale (autogestion, coopérativisme,
entreprises de production sociale, gestion participative dans les
conseils communaux), sur la place de la solidarité (dans les politiques
sociales internes et dans la coopération avec les autres pays latino-américains).
“Il s’agit plutôt d’une forme de socialisme plus libertaire, dans
la mesure où il cherche activement la participation citoyenne ainsi que
des formes de démocratie directe.” (Wilpert, 2007)

Mais ce “néo-socialisme”, pour se consolider, a besoin de surmonter
quelques obstacles importants : “Le principal est probablement la persistance
d’une culture de clientélisme. […] De nouvelles formes ont vu
le jour. […] Les dirigeants du gouvernement Chávez empêchent souvent
les anti-chavistas… d’accéder à des emplois ou à certains services
publics.” (Wilpert, 2007) Haro sur les infidèles ! “Le deuxième obstacle
interne est le culte latent autour de la personnalité de Chávez et la
tendance au Venezuela à la personnalisation de la politique en général.
[…] Les critiques provenant de ses propres rangs sont très rares et celles
de l’extérieur sont très vite discréditées. […] Le troisième obstacle interne
est une forte tendance à une direction hiérarchique, de haut en bas,
pas seulement de la part de Chávez, mais aussi de la part de tous les
fonctionnaires de l’administration publique.” (Wilpert, 2007). On le voit,
il est bien difficile de mobiliser les gens dans un grand projet de société
sans tomber dans le sectarisme, le dogmatisme, voire le fanatisme.

Evo Morales propose aussi un grand projet de société, semblable par
certains aspects à celui de Chávez, mais qui bouleverse plus profondément
encore l’ordre séculaire existant. Avec moins de rhétorique médiatique,
plus de modestie et de crédibilité, plus de pragmatisme aussi,
il projette de construire un “État plurinational et pluriculturel” sur une
“économie intégrée”. Voyons ce qu’en dit Alvaro García Linera, viceprésident
bolivien et “intellectuel organique” du régime. Trois grands
défis doivent être affrontés : construire l’égalité entre les peuples qui
composent la nation ; transformer l’économie primaire exportatrice en
une économie complexe et flexible, articulée au monde globalisé ; résoudre
la question de la distribution territoriale du pouvoir. La Bolivie
traîne ces trois problèmes, et les conflits incessants qu’ils ont causés,
depuis le début de son histoire : ils doivent être maintenant relevés tous
en même temps (2007, 3).

Quant à N. Kirchner, après le fameux cri des citoyens écoeurés par la
crise de 2001-2002 – “que se vayan todos !” –, son projet consiste surtout
à restaurer l’ordre social et la crédibilité de la politique et de l’État. Il
compte pour cela sur un “capitalisme sérieux”, appuyé par quelques
restes réchauffés de foi péroniste. Mais son projet reste fondamentalement
néolibéral, même s’il est étroitement surveillé par l’État.

7. Les modes d’intervention de l’État

Face aux conséquences souvent désastreuses d’un néolibéralisme sauvage,
et sous la pression de mouvements populaires plus ou moins
mobilisés, l’État est donc bien “de retour” en Amérique latine – comme
d’ailleurs dans bien d’autres nations du monde (notamment en Europe).
Cependant, les conditions de ce retour sont différentes dans chaque
pays, et dès lors, les modes d’intervention de l’État le sont aussi. Comment
pouvons-nous les distinguer ? En évaluant leurs manières de résoudre
les contradictions du développement éthique et viable.

Argentine

Sous le régime de N. Kirchner, l’Argentine participe activement aux
échanges inter-sociaux, sans trop chercher à imposer aux investisseurs
étrangers des conditions nouvelles, plus conformes à l’intérêt national :
l’autonomie inter-sociale n’est pas sa préoccupation majeure. Il lui faut,
avant tout, relancer la croissance économique pour rattraper le recul
catastrophique engendré par la crise et, pour cela, l’Argentine a besoin
des investisseurs, qu’ils viennent du dedans ou du dehors. Bien sûr, il
faut tout de même les surveiller de près, afin qu’ils tiennent leurs promesses,
mais sans remettre en cause les privatisations. Il faut aussi calmer
la demande sociale, qui a explosé avec la crise : créer des emplois,
contrôler les prix à la consommation, réduire l’indigence et la pauvreté,
améliorer le sort de quelques groupes sociaux. Donc, une certaine redistribution
s’impose, mais sans risquer de fâcher les classes dominantes
(donc, ne pas changer la politique fiscale, ne pas trop laisser monter
les salaires, n’étatiser une entreprise que quand c’est inévitable), et sans
mettre en péril les finances publiques (distribuer, mais… au comptegoutte)
 ! Tout cela nécessite un pouvoir fort, alors que Kirchner n’a
été élu que par 23 % d’électeurs fatigués, dans un climat maussade.
Ce n’est pourtant pas l’opposition politique, complètement discréditée,
qui le tracasse, mais l’agitation sociale. Il faudra donc poser quelques
gestes symboliques (sur la question des droits de l’homme) et surtout,
s’assurer de l’appui des syndicats péronistes (los gordos de la CGT) et
“récupérer” les mouvements sociaux nés de la crise : s’allier avec les
plus modérés (las empresas recuperadas), réprimer les plus excités (los
piqueteros). Et, si possible, gouverner par décrets : urgence oblige !

Il me semble que l’on peut parler ici – comme au Chili, en Uruguay
ou même au Brésil – d’un État régulateur. Il s’agit d’un développement
construit sur une combinaison du modèle de la compétition et du
modèle social-démocrate. C’est du néolibéralisme, mais tempéré par
des programmes sociaux. Il ne s’agit en aucun cas de tuer la “bête”
néolibérale, mais de contenir les effets néfastes et de limiter les dégâts
qu’elle cause, tout en profitant de son énergie et de sa créativité, et en
redistribuant timidement, lentement, une partie des richesses qu’elle
engendre. Kirchner n’est donc pas, comme Morales (ou Lula), le porteparole
du peuple ; il n’est pas non plus, comme Chávez, le bienfaiteur
du peuple : il est l’arbitre (comme Lagos, Bachelet ou Vásquez), celui
qui régule le modèle néolibéral, de manière à ce que le gâteau grandisse
et qu’il soit raisonnablement partagé.

Venezuela

H. Chavez, au contraire, n’y va pas par quatre chemins avec la classe
dominante vénézuélienne et les investisseurs étrangers : il affronte.
Mais il peut se le permettre. “Tandis que la plupart des gouvernements
de gauche, comme celui de Lula au Brésil, doivent constamment choisir
entre poursuivre des politiques progressistes et s’aliéner le capital et
donc le bien-être économique, ou encourager l’investissement privé et
abandonner les politiques progressistes, le gouvernement de Chávez
est, lui, largement délivré de ce dilemme. Les énormes revenus du
pétrole permettent au gouvernement d’investir, de poursuivre des politiques
fiscales et de régulation progressistes, de dépenser librement,
sans avoir à s’inquiéter vraiment de la fuite des capitaux et du désinvestissement.”
(Wilpert, 2007). C’est là sa force, mais aussi sa faiblesse.
Car ce n’est pas sans raison que le pétrole a été appelé l’ “excrément du
diable” ! Trop d’argent facile permet de tout acheter, sans résoudre
durablement les problèmes du développement 14. Et ce ne serait pas
la première fois que cet excrément empesterait le Venezuela. Sous le
régime de l’Action Démocratique, en particulier pendant le premier
mandat de Carlos Andrés Pérez, en 1974-1979, les classes riches et
moyennes avaient accaparé le gâteau pétrolier, sans états d’âme, très
égoïstement. “Depuis bien avant Chávez, le Venezuela est un capitalisme
d’État rentier, où le plus gros employeur formel est l’État, et où
le secteur privé entretient avec celui-ci des relations de type clientéliste
souvent incestueuses.” (S-U, 120) Jusqu’à présent – mais il n’est
là que depuis sept ans –, Hugo Chávez n’a pas changé le mode
de fonctionnement du pays 15 : il s’est contenté de servir les intérêts
d’une autre clientèle. Il est en train d’offrir maintenant
aux classes populaires l’occasion de prendre leur part. Mais cela
va-t-il résoudre durablement la question du développement ?

“Il semblerait que, pour l’instant, la ‘révolution bolivarienne’ offre aux
secteurs populaires plus de ‘reconnaissance’, certes assortie de toute
une gamme de programmes d’urgence, que de réelle ‘redistribution’.
[…] Pour des millions de Vénézuéliens déshérités, les missions
bolivariennes signifient que l’État les prend enfin en compte et les soustrait
à l’invisibilité sociale.” (S-U, 109) Mais, la recette n’est pas exempte
d’effets pervers ! Vendre du pétrole, servir sa clientèle et se faire réélire,
c’est trop facile et surtout, cela encourage les citoyens à s’installer dans
le rôle de clients de l’État, sans souci d’efficacité ni de rentabilité : c’est
le cas de beaucoup d’employés du secteur public et des travailleurs du
secteur de l’économie sociale (les coopératives), sans compter les assistés.
En outre, tant que la clientèle est satisfaite – mais attention quand
elle ne le sera plus ! –, elle n’est pas très regardante et elle laisse faire
la dérive autoritaire : les masses ont davantage besoin de bien-être matériel
et social que de démocratie (et d’écologie) ! Enfin, le résultat de
tout cela, c’est que la corruption s’installe, gangrène tout le système, et
que les privilèges et les inégalités sociales se reproduisent alors au sein
même de la clientèle : ce qui sonne, infailliblement, le glas du régime !

Bien sûr, beaucoup de projets sont en cours, qui doivent corriger toutes
ces tendances : assurer une meilleure diversification des exportations,
une plus grande substitution des importations, notamment alimentaires,
et “faire grandir le gâteau”. Par ailleurs, le projet de socialisme bolivarien
cherche bien à limiter la dérive autoritaire, à renforcer la démocratie
politique et sociale et à limiter le sectarisme “chaviste”. Nous en
attendons les résultats avec espoir.

Pour aujourd’hui, le “chavisme” nous apparaît, comme un processus
de développement construit sur une combinaison sui generis entre un
modèle de la compétition et un modèle de la révolution. Mais il reste un
modèle fragile des points de vue économique (on ne prépare pas l’avenir
d’un pays en se contentant de vendre ses ressources), démocratique
(la dérive autoritaire accompagne le clientélisme), et même, à moyen
terme, social (on fabrique des assistés) – sans parler d’écologie !

Bref, le mode d’intervention spécifique du « chavisme » est celui d’un
État clientéliste : il cherche bien une alternative au néolibéralisme, par
des voies anciennes (les nationalisations) et nouvelles (l’économie sociale
solidaire), mais il prétend l’inventer “par le haut” : l’État se dote
d’une clientèle, fidélisée par la distribution de la rente pétrolière, qui
confirme le mandat de son Président à chaque élection ; celui-ci étend
ainsi son pouvoir sur tous les appareils de l’État et oriente le développement
à partir de cette position de pouvoir. Cela durera tant qu’il
contrôlera et qu’on lui achètera son pétrole… !

Bolivie

Sur le plan économique, la politique d’E. Morales ressemble fort à celle
de H. Chávez. Et elle présente aussi les mêmes dangers, la même fragilité
du point de vue du développement viable. Cependant, en Bolivie,
les urgences sont ailleurs : il faut d’abord instaurer un nouvel ordre
politique (la répartition territoriale du pouvoir) et restaurer le contrat
social (l’égalité entre les peuples).

Le gouvernement prétend instituer un type de contrat social qui reconnaisse
une autonomie relative de décision à des régions (les départements)
et des communautés (les ethnies) sur un même territoire. 16 On
imagine sans peine combien de temps – et de conflits, de négociations,
de compromis – il faudra pour établir en Bolivie, sur un territoire immense
comportant de nombreuses identités ethniques métissées, une
nouvelle coexistence pluriculturelle et plurirégionale, plus ou moins
pacifique. Toute l’originalité du projet, mais aussi toute sa fragilité, se
situent dans cette tentative périlleuse, si délicate que n’importe quel
groupe armé pourrait la faire péricliter.

En outre, ce projet est construit par un État qui prétend mettre en place
une alternative au néolibéralisme : une intégration, sous contrôle de
l’État, de l’économie traditionnelle pré-moderne, du capitalisme privé
(national et étranger) et de l’économie étatique. Projet utopique, sans
doute – et c’est en cela qu’il est intéressant – qui, s’il réussissait, apporterait
une vraie nouveauté dans les politiques de développement. Enfin,
un tel projet n’est réalisable qu’avec l’appui des masses populaires, et
en particulier des peuples autochtones qui soutiennent le MAS et le
gouvernement d’Evo Morales.

Considérant aujourd’hui l’ensemble du projet – mais ce n’est encore qu’un
projet, entrepris depuis deux ans seulement ! – il semble que le mode spécifique
d’intervention soit ici celui d’un État intégrateur. Le modèle d’Evo
Morales me paraît être la première tentative d’un État latino-américain de
s’inspirer du modèle de l’identité culturelle, en le combinant avec le
modèle social-démocrate – et donc d’échapper, au moins en partie, aux
quatre modèles ethnocentristes qui ont été essayés depuis un demisiècle.

Conclusion

Pendant tout le 20e siècle, et surtout durant la seconde moitié, les nations
latino-américaines ont tenté de se développer. Tous les pays ont
essayé : même les plus petits d’entre eux (ceux d’Amérique centrale et
des Caraïbes) ont eu, un jour ou l’autre, l’espoir d’y parvenir. Entendez
par là que, dans chacun des vingt-deux pays qui composent l’Amérique
latine, il s’est trouvé, à un ou à plusieurs moments de son histoire,
des acteurs (politiques, sociaux et économiques) porteurs d’un projet
de développement, s’emparant des rênes de l’État, et s’efforçant de le
réaliser. Chaque essai a éveillé des espérances. Quelques progrès ont
été faits, quelques traces sont restées de toutes ces tentatives, menées
par différentes voies, que nous avons tenté d’inventorier ici. Pourtant,
aujourd’hui, les PIB des pays les plus riches de l’Amérique latine (ceux
du Cône sud) n’atteignent pas le quart de ceux des pays industrialisés
du Nord. Comment expliquer cela ?

Si l’on s’attache à examiner en détail l’histoire concrète de chaque cas,
de chaque essai particulier, on s’aperçoit que, quelle que soit la voie
choisie, l’acteur porteur d’un projet de développement, ayant pris le
contrôle du gouvernement, s’est heurté à d’autres acteurs qui ont tenté
de le détourner, de le saboter, de le corrompre, de l’arrêter, et ont fini
par l’empêcher, soit par la force, soit par la ruse, d’arriver à ses fins. Ces
autres acteurs étaient toujours à la fois internes et externes : des forces
politiques, économiques ou sociales, qui n’avaient, à court terme,
aucun intérêt à voir réussir la tentative entreprise, par la voie choisie.
Les intérêts particuliers ont toujours fini, tôt ou tard, par triompher
de l’intérêt général. Malgré les beaux discours généralisés, les “acteurs
d’anti-développement” se sont révélés, à chaque fois, plus puissants
que les acteurs de développement, au point d’édulcorer, d’affaiblir,
d’éliminer le projet en cours.

S’il en est ainsi, que restera-t-il, dans cinq ou dix ans, des tentatives de
Fidel Castro, d’Hugo Chávez, d’Inacio Lula, de Nestor Kirchner, d’Evo
Morales, de Tabaré Vasquez, de Michelle Bachelet, de Rafaél Corréa, de
Daniel Ortega ou d’autres à venir ?

Autrement dit, contrairement à ce qu’en disent les théoriciens, le développement
ne serait pas d’abord une affaire de mentalité culturelle
(théorie de la modernisation), ou de domination impérialiste (théorie
de la révolution), ou d’excès néfaste d’intervention étatique (théorie de
la compétition), ou d’insuffisance de démocratie politique et sociale
(théorie de la démocratie), ou d’inadéquation de ces modèles aux identités
culturelles (théorie de l’identité). Tous ces obstacles-là sont bien
réels, mais un acteur politique et économique décidé à les surmonter
peut y parvenir avec l’appui des peuples, qui ne demandent qu’à améliorer
leurs conditions matérielles et sociales de vie. Le problème majeur
n’est donc pas là où les sociologues et économistes ont l’habitude
de le situer. Il est dans les rapports de force entre les acteurs qui veulent
le développement d’une nation et ceux qui n’en veulent pas (pas du
tout, ou pas selon telle ou telle voie). Que faire alors ?

Il me semble que l’histoire concrète du développement nous enseigne
que les tentatives qui réussissent le mieux (et qui durent le plus longtemps)
sont celles qui reposent sur une alliance conflictuelle entre une
élite politique et économique porteuse d’un projet de développement et
les mouvements sociaux organisés des classes populaires : la première
prend le contrôle de l’État et met en oeuvre son projet ; les seconds
l’appuient, l’aident à se défendre contre le sabotage interne et externe,
mais aussi la contrôlent avec vigilance, pour l’empêcher de dériver, de
profiter du pouvoir et de trahir.

Cette alliance-là paraît féconde, car elle met en branle un cercle vertueux.
Mais elle est très fragile et le cercle peut redevenir vicieux pour
plusieurs raisons : je me limiterai à en souligner deux, essentielles.

  • L’élite s’efforce presque toujours d’échapper au contrôle des mouvements sociaux (et pour cela elle les achète, les récupère, les corrompt, les réprime) et, si elle y parvient, le plus souvent, elle se corrompt elle-même ; et de son projet, elle finit par ne plus conserver que la rhétorique ;
  • Les mouvements sociaux tendent presque toujours à s’endormir s’ils sont repus ou, au contraire, à s’exalter s’ils sont déçus : ils sont soit trop insouciants, soit trop impatients. Insouciants, ils laissent l’élite échapper à leur contrôle ; impatients, ils la débordent et, en exigeant tout et tout de suite, ils l’affaiblissent, la divisent (entre radicaux et modérés) et l’empêchent de gouverner.

Cette alliance vertueuse, mais délicate, peut, en principe, se produire
dans n’importe lequel des cinq modèles de développement dont il a été
question ici. Cependant, il me semble clair qu’elle sera nettement plus
fragile dans deux d’entre eux : le modèle révolutionnaire et le modèle
néolibéral. Dans le premier, en effet, l’élite instaure un parti unique qui
soumet les mouvements sociaux à son contrôle. Quant au second, il
repose explicitement sur la croyance perverse qu’il n’est pas nécessaire
de contrôler les élites, puisqu’en poursuivant leurs intérêts particuliers,
elles sont censées faire l’intérêt général.

J’exprime donc une nette préférence pour les modèles de la démocratie et de l’identité culturelle. C’est pourquoi j’ai tant espéré, hier, du projet de Salvador Allende au Chili, et j’attends tellement, aujourd’hui, du modèle d’Evo Morales en Bolivie. Je souhaite au second un destin meilleur que celui qu’a connu le premier !


bibliographie

Almeyra Guillermo (2006), “L’Argentine de Kirchner : un bilan provisoire” in RISAL, 13-07-06.

Arruda Sampaio Plinio (2005), “Lula, un gouvernement décevant pour le mouvement social brésilien”, in Mouvements et pouvoirs de gauche en Amérique latine, Revue Alternatives Sud, vol. 12/2.

Bajoit Guy (2003), Le Changement social, Paris, Armand Colin.

Barrera Guarderas Augusto (2005), “Équateur : le mouvement indigène, entre le social et le politique”, in Alternatives Sud, vol. 12/2.

Bernal Federico (2006), “Bolivia : la tercera es la vencida”, in Le Monde Diplomatique (edición chilena), décembre 2006, p. 11.

Boron Atilio (2005), “Les défis de la gauche latino-américaine à l’aube du 21e siècle”, in Alternatives Sud, vol. 12/2.

Chávez Walter (2007) “La Bolivie a cessé d’être un pays mendiant”, in RISAL, 01-05-07.

De la Fuente Manuel (2007), “Le triomphe d’Evo Morales. Le début d’une nouvelle ‘institutionnalité’ ou le retour des conflits sociaux ?” (texte manuscrit).

Duterme Bernard (2000), “Peuples indigènes et minorités ethniques : les conditions sociales de leur reconnaissance.”, in Alternatives Sud, Vol. 7/2.

Duterme Bernard (2005), “Conditions, formes et bilans du retour de la gauche en Amérique latine”, in Alternatives Sud, vol. 12/2.

Duterme Bernard (2007), “Amérique latine : les mouvements sociaux du virage à gauche” (CETRI, Texte manuscrit).

García Linera Álvaro (2007), “Fructificará Bolivia plurinacional, unida y poderosa”, in La Época (dossier : entretien avec Coco Cuba), 2 septembre 2007.

Gonzalez Casanova Pablo (2000), “Les Indiens du Mexique à l’aube du nouveau millénaire”, in Alternatives Sud, Vol. VII/2.

Houtart François 2007, “De la resistencia a la ofensiva en América latina : ¿Qué desafìo para el análisis social ?” (Document manuscrit).

Lander Edgardo (2005), “Le Venezuela à la recherche d’un projet contre-hégémonique”, in Alternatives Sud, vol. 12/2.

Lucena Héctor (2007), “Venezuela : le mouvement ouvrier dans la révolution bolivarienne”, in États des résistances dans le Sud, Revue Alternatives Sud.

Ouviña Hernan (2005), “Les nouvelles radicalités politiques en Amérique latine : zapatistes, piqueteros et sans-terre”, in Alternatives Sud, vol. 12/2.

Perez Benito (2007), “Evo Morales reprend le téléphone avant de nationaliser l’électricité”, in RISAL, 03-05-07.

Polet François (2007), “Dynamisme et défis des mouvements sociaux dans le Sud”, in États des résistances dans le Sud, Revue Alternatives Sud.

Rousseau Stéphanie (2007), “La Bolivie en transformation : plurination, décolonisation et autonomie”, in La Chronique des Amériques, n°14, juin 2007 (Centre d’études internationales et de la mondialisation, Université
du Québec, Montréal).

Sader Emir (2005), “Les luttes latino-américaines contre le néolibéralisme sont-elles efficaces ?”, in Alternatives Sud, vol. 12/2.

Sader Emir (2006), “Brasil, puente de unión de América del Sur”, in Le Monde Diplomatique (edición chilena), décembre 2006, p. 4.

Saint-Upéry Marc (2007), Le rêve de Bolivar. Les défi des gauches sudaméricaines, Paris, La Découverte.

Schmitz Marc (2007), “L’Amérique latine change, le climat aussi…”, in Où va l’Amérique latine ?, GRIP, Bruxelles, Ed. Complexe.

Stavenhagen Rodolfo (2000), “Les organisations indigènes : des acteurs émergents en Amérique latine”, in Alternatives Sud, Vol. 7/2.

Stefanoni Pablo et Do Alto, Hervé (2007), “Bolivia : le nationalisme indigène au pouvoir”, in État des résistances dans le Sud, Revue Alternatives
Sud.

Stefanoni Pablo (2007), “Bolivie : assemblée constituante et capitalisme andin”, in RISAL, 16-03-07.

Suarez Hugo José (2005), “Bolivie : les antécédents et les défis de la nouvelle gauche”, in Alternatives Sud, vol. 12/2.

Svampa Maristela (2005), “Argentine : l’avenir des piqueteros”, in Alternatives Sud, vol. 12/2.

Svampa Maristela (2007), “Argentine : la méthode Kirchner ou la force d’inertie du péronisme”, in État des résistances dans le Sud, Revue Alternatives Sud.

Svampa Maristela (2007b), “Argentine : le retour à la normale”, (interviewée par Marc Saint-Upéry et Margot Geiger) RISAL, 17-11-06.

Urrutia, Miguel (2006), Luchas antineoliberales en América Latina e inmunización política en Chile (Thèse de doctorat en sociologie, Université Catholique de Louvain).

Wilpert Gregory (2007) “La signification du socialisme du 21e siècle pour le Venezuela”, RISAL, 03-12-07.

Zibechi Raúl (2006), “Brésil, Argentine : la nouvelle gouvernabilité”, in RISAL, 13-07-06.

Zibechi Raúl (2007), “Bolivie : la première année d’Evo Morales”, in RISAL, 15-03-07.

Zibechi Raúl (2007b), “Amérique latine : de Cancún à Mar del Plata, un continent en effervescence”, in États des résistances dans le Sud, Revue Alternatives Sud.


Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du CETRI.