Les ONG : instruments du néo-libéralisme ou alternatives populaires ?

Les ONG : instruments du néo-libéralisme ou alternatives populaires ?
Ajouter au panier s'abonner
  • 13,00 EUR (Frais de port compris)

Présentation

Les ONG de développement sont à l’ordre du jour. Les organismes financiers internationaux (Banque mondiale , FMI, etc.) voient en elles des agents efficaces de lutte contre la pauvreté et tendent à les instrumentaliser. La canalisation de l’aide publique par leur intermédiaire a eu pour effet une énorme croissance de leur nombre. De nombreux États, du Nord et du Sud, cofinancent certaines de leurs activités, exigeant de leur part un plus haut degré de professionnalisation qui aboutit souvent à les soumettre à leurs impératifs politiques. Aujourd’hui, les organisations dites humanitaires drainent la part du lion des fonds privés et publics. Les ONG de développement n’échappent donc pas au rouleau compresseur du marché total. Elles contribuent de fait à la privatisation des tâches de l’État. Dans ces circonstances, la tradition de soutien aux luttes sociales de libération, dans le Sud, s’estompe au profit de programmes construits sur la rentabilité. Le contexte local dans le Sud est moins clair et les mouvements populaires sont affaiblis. Certains reprochent même aux ONG d’usurper l’espace politique de ces derniers en dépolitisant les enjeux et en devenant de moins en moins non-gouvernementales. Par ailleurs, l’idéologie néo-libérale a pénétré de larges couches de populations, au Sud comme au Nord. Cependant, au moment où les effets de la mondialisation secouent le système économique capitaliste, certaines ONG, du Nord comme du Sud, peuvent jouer un rôle important dans le soutien aux résistances au projet néo-libéral et appuyer les recherches d’alternatives.

TitreLes ONG : instruments du néo-libéralisme ou alternatives populaires ?
La collection Alternatives Sud
VolumeVol. IV – 1997/1
Date12/1997
EditionCETRI, L'Harmattan
Mots-clés ONG

Contenu

Les ONG : instruments du projet néo-libéral ou bases solidaires des alternatives (...)