La fragile démocratie haïtienne à l’épreuve des élections

(RV) Entretien - Les élections présidentielles, législatives, municipales et locales en Haïti ont enfin lieu ce dimanche, avec plus de trois ans de retard pour les maires et les députés, et près de cinq ans après l’arrivée à la tête de l’État de Michel Martelly, un chanteur totalement novice en politique qui avait été élu sous l’étiquette du parti « Réponse paysanne ».

Haïti est le pays le plus pauvre des Amériques et connait une instabilité politique chronique.

Le dernier vote, en aout dernier, avait été marqué par des fraudes et des violences. Frédéric Thomas est chargé d’étude au CETRI, le Centre Tricontinental, une ONG basée à Louvain-La-Neuve. Interrogé par Anne-Sophie Saint-Martin, il explique les difficultés et les limites de cette fragile démocratie haïtienne.

Voir en ligneLien vers la séquence radio

Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du CETRI.


Le président sortant Michel Martelly s'exprimant lors d'un meeting de soutien au candidat Jovenel Moise - AFP