L’impact de l’élargissement de l’Union européenne sur les migrations arabes et sud méditerranéennes

La comparaison des tendances démographiques dans l’UE, dans les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) et dans les pays méditerranéens, l’analyse des expériences passées en matière de flux migratoires, et les perspectives de développement du marché du travail démontrent clairement que les PECO ne constituent pas de sérieux concurrents aux pays sud méditerranéens qui demeureront dans les prochaines décennies les principaux gisements de flux migratoires, vers l’UE élargie. A cela deux raisons fondamentales. Les perspectives de croissance dans les PECO, le captage d’investissements massifs, la réduction graduelle des différentiels de salaire, de revenu et de niveau de vie, ainsi que les structures démographiques devraient se combiner pour limiter l’émigration de ces pays. En revanche, la situation en Méditerranée, diamétralement opposée à celle observée dans les PECO quant à la structure par âge de la population, les inquiétantes perspectives en matière de chômage ainsi que la lenteur des réformes politiques devraient agir comme de puissants incitants au départ. La réaffirmation de l’intérêt stratégique de l’implication européenne en Méditerranée, dans la perspective de l’élargissement à l’Est, se fonde sur le souci de préserver l’équilibre au sein de l’UE, de restaurer la sécurité régionale et de refonder le dialogue culturel mis à mal par la stigmatisation dont les Arabes et les musulmans sont l’objet. Elle se fonde aussi sur une vision réaliste et généreuse du continent : « plus qu’une Europe espace et moins qu’une Europe puissance ».

Genèse et enjeux des migrations internationales

Genèse et enjeux des migrations internationales

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir