L’échec de l’ajustement en Afrique

Les Programmes d’Ajustement Structurel ont été introduits en Afrique au début des années 1980 non seulement du fait d’une crise d’expansion du modèle développementaliste, mais aussi à cause d’un certain nombre de déséquilibres macro-économiques, tant du point de vue des finances publiques que de celui de la balance des paiements. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international, créateurs des Programmes d’Ajustement Structurel, ont imposé ces mesures pour stabiliser les économies, c’est-à-dire pour ramener les déficits des finances publiques et de la balance des paiements dans des limites qui permettent d’organiser une gestion financière déflationniste. Ils voulaient donc, par ce biais, les aligner sur le système mondial. Il est aujourd’hui primordial, pour les pays du Sud et en particulier les pays africains, de s’intéresser à la gestion rigoureuse des dimensions macro-économiques parce que c’est fondamentalement la perte de contrôle sur leur évolution par l’Etat qui réduit la capacité de poursuivre les objectifs de développement. Il est vrai que cette exigence entraîne généralement des révisions à la baisse de certains programmes sociaux, d’où l’importance des arbitrages démocratiques de l’allocation des ressources dans l’option d’un développement autonome.

Télécharger L’échec de l’ajustement en AfriquePDF - 455.4 ko
Les effets sociaux des Programmes d'Ajustement Structurel dans les sociétés du Sud

Les effets sociaux des Programmes d’Ajustement Structurel dans les sociétés du Sud

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir