Une livraison « Manière de voir »

L’Amérique latine en effervescence

Au moment où le projet de zone de libre échange des Amériques (ZLEA) devient d’actualité, le dossier de Manière de voir [1] tombe à point [2]. Initiative nord-américaine d’intégration de l’économie du sous continent dans celle des Etats-Unis, cet accord est en net contraste avec le MercoSur (Marché commun du Sud). Ce dernier est remis en selle par le président Lula au Brésil. Il pourrait être renforcé par le nouveau président argentin, avec l’appui du Chili et par l’opposition à la ZLEA de Hugo Chavez au Venezuela. Par contre, le président Bush a demandé et obtenu du Congrès de Washington la procédure accélérée (Fast track) pour obtenir sa mise en application en 2003 au lieu de 2005. Jeannette Habel explique dans son article que le marché ainsi formé serait plus important que celui de l’Europe. Il est d’ailleurs destiné à faire pièce à l’Union européenne. Elle rappelle aussi la réanimation par les Etats-Unis du Traité inter-américain d’assistance militaire (TRIAR), tandis que Braulio Moro montre le lien avec le plan Puebla Panama, destiné à établir des couloirs de communication entre l’Atlantique et le Pacifique pour les produits nord-américains et le plan Colombie, permettant de contrôler un pays charnière entre l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud.

Quelques pays clés font l’objet de plusieurs articles. Il s’agit d’abord de la Colombie, avec les contributions de Maurice Lemoine, qui remet en perspective l’action de la guérilla et le rôle du narco-trafic. C’est ensuite le Venezuela, où le point est fait sur le coup d’état de 2002, sur l’économie pétrolière et sur le rôle et la personnalité de Hugo Chavez (Gabriel Garcia Marquez : l’énigme des deux Chavez).

C’est aussi le Mexique qui, subissant depuis dix ans les effets du Traité de libre commerce avec les Etats-Unis et le Canada (ALENA) a vu sa sécurité alimentaire basculer. D’exportateur, il est devenu importateur de produits de l’agriculture américaine productiviste et subsidiée. La petite industrie mexicaine a été balayée et des dizaines de milliers d’emplois ont été perdus. Ignacio Ramonet met en lumière le rôle politique de la marche des zapatistes sur Mexico. L’Argentine ne pouvait manquer à l’appel, notamment avec la contribution de Jorge Beinstein sur : L’économie à genoux. Enfin, Emir Sader rappelle le chemin parcouru par Lula au Brésil jusqu’à son élection.

D’autres pays font l’objet d’un article : l’Equateur, avec la rébellion des peuples autochtones, le Chili dont l’équilibre économique est illusoire, le Pérou et les effets du néolibéralisme sur les politiques sociales. Il aurait été utile de pouvoir disposer d’une courte introduction à certains dossiers, rappelant les événements les plus récents, afin de mieux percevoir le lien avec le passé. Finalement, l’ensemble des « effervescences » ont une explication. Elles marquent la fin du néolibéralisme triomphant et messianique et l’ouverture, comme l’écrit Ignacio Ramonet, d’un nouveau cycle historique.


Notes

[1Manière de voir, n° 69, 7 euros en vente dans les kiosques

[2Voir le numéro d’Alternatives Sud 2003/1 : Les dessous de l’ALCA, Louvain-la-Neuve, Centre Tricontinental.


Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du CETRI.