Jordanie : un « printemps arabe » circonscrit ou en germe ?

Si les manifestations en Jordanie ne visaient pas le renversement du régime hachémite et furent moins massives que dans les autres pays de la région, elles ont cependant été marquées par « leur ténacité et leur profondeur ». La contestation, rassemblant l’opposition « traditionnelle » et ce qu’on a appelé les « nouveaux mouvements sociaux », a ouvert la voie à un processus de libéralisation politique.

Télécharger Jordanie : un « printemps arabe » circonscrit ou en germe ?PDF - 371.1 ko
Le « printemps arabe » : un premier bilan

Le « printemps arabe » : un premier bilan

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir