Haïti : un mouvement social entre dérives et confiscation

Dans la foulée de la chute du « duvaliérisme » en 1986, les énergies sociales haïtiennes débridées se sont rapidement manifestées. Cet essor momentané a été suivi d’un déclin des mouvements sous le pouvoir d’Aristide : cooptation et instrumentalisation. Si le séisme de 2010 a révélé l’importance des solidarités sociales face aux carences de l’État, le mouvement social haïtien reste organiquement faible et souvent confisqué par le politique.

Télécharger Haïti : un mouvement social entre dérives et confiscation PDF - 174.7 ko
État des résistances dans le Sud : Amérique latine

État des résistances dans le Sud : Amérique latine

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir