Midi du GRIAL

Etat des résistances en Amérique latine

A Louvain-la-Neuve le 22 mars 2012 de 12h45 à 14h00

MIDI DU GRIAL

(Place Montesquieu, 1, Salle Lecl. 70)

Organisation : GRIAL-CETRI

Présentation de l’ouvrage collectif Etat des résistances en Amérique latine
(Syllepse - CETRI, Paris-Louvain-la-Neuve, janvier 2012)

par Karen Bähr Caballero (GRIAL-UCL) et Bernard Duterme (CETRI),

coauteure et coordinateur

Continent de forte croissance économique, de démocraties fragiles et d’inégalités extrêmes, l’Amérique latine est aussi traversée d’une dynamique soutenue de rébellions et de contestations sociales, aux formes, aux identités et aux revendications renouvelées.

Et pourtant, les mouvements sociaux de la région ont fort à faire aujourd’hui pour continuer à exister, à peser sur le politique. Menacée de dilution, de fragmentation ou de répression dans les pays où les gouvernements sont restés ou revenus dans les courants dominants du néolibéralisme et du « consensus de Washington » ; menacée d’instrumentalisation, de cooptation ou d’institutionnalisation dans ceux où les pouvoirs se sont attelés, peu ou prou, à récupérer en souveraineté et à redistribuer les dividendes des richesses exportées, la protestation émancipatrice offre un visage pluriel.

Un double clivage prévaut d’ailleurs au sein de la « gauche sociale » latinoaméricaine. Celui – de fond – qui divise tenants et opposants du neodesarrollismo, nationalisme populaire d’un côté, écosocialisme de l’autre. Et celui – plus stratégique – qui oppose les partisans d’un aboutissement politique des mobilisations aux apôtres de voies plus autonomistes, basistes ou localistes du changement social.

Reste que, du Chili au Mexique, du Brésil au Venezuela, de l’Uruguay au Guatemala, de la Bolivie au Honduras et dans le reste de l’Amérique latine, les mouvements sociaux – paysans, urbains, indigènes, étudiants, etc. – influent tant bien que mal sur la redéfinition de la participation démocratique et de la citoyenneté politique.

Affiche ci-dessous :

Télécharger Affriche GRIAL-CETRI 22 03 12DOC - 287 ko