Équateur : le « corréisme » normalise le travail et déstructure le mouvement syndical

A la tête de l’Équateur depuis janvier 2007, le président Rafael Correa a inauguré l’ère de la « révolution citoyenne » et annoncé la fin de « la longue et triste nuit néolibérale ». Dès lors, comment a évolué ces dernières années la situation des travailleurs et du mouvement syndical ? Et quel est aujourd’hui leur rapport avec le gouvernement, au terme d’étapes successives de « normalisation » et de soumission du travail au capital ?

État des résistances dans le Sud. Luttes syndicales

État des résistances dans le Sud. Luttes syndicales

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir