« Économie verte » versus « droits de la nature »

Nouvelle frontière du capitalisme, les écosystèmes sont en voie de privatisation au nom de l’« économie verte ». L’exemple pionnier du mécanisme REDD laisse augurer les effets pervers de ce ravalement des services naturels à des actifs financiers. Aux antipodes de cette logique délétère, la restauration des grands équilibres naturels passe par la reconnaissance des droits des « autres parties » du système terrestre.

Télécharger « Économie verte » versus « droits de la nature »PDF - 374.3 ko
« Économie verte » : marchandiser la planète pour la sauver ?

« Économie verte » : marchandiser la planète pour la sauver ?

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir