Conséquences de certaines règles de l’OMC sur la poursuite des OMD

Plusieurs des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sont franchement défavorables à la poursuite des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Leur impact négatif se fait sentir tant au niveau des questions de mise en oeuvre que dans le contenu et les effets de certains accords spécifiques. Dans les accords sur l’agriculture, sur le commerce des services, sur les droits de propriété intellectuelle ou sur les produits industriels, les biais en faveur des pays développés sont flagrants. Ceux-ci se jouent des règles commerciales pour maintenir des subsides agricoles qui nuisent au développement des agricultures du Sud, voire à la subsistance même des paysans. Les pays en développement ont bien du mal à mettre en pratique les clauses – mécanisme de sauvegarde spéciale, traitement spécial et différencié et autres exemptions – censées leur garantir le minimum d’espace politique nécessaire à l’élaboration de leur propre stratégie de développement. Ajoutés à l’absence de transparence, ces travers sont des obstacles à la mise en place d’un partenariat pour le développement et au recul significatif de la pauvreté dans le monde, souhaités par les OMD.

Objectifs du millénaire pour le développement

Objectifs du millénaire pour le développement

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir