Complaisances européennes à l’égard du régime égyptien

Si l’Union européenne est en crise, c’est aussi qu’elle est incapable de définir une politique étrangère et qu’elle est prompte à trahir les principes dont elle prétend se réclamer. Son positionnement par rapport à l’Égypte depuis le coup d’État du 3 juillet 2013 témoigne d’un retour à des politiques du passé, celles du soutien aux dictatures au nom d’intérêts mercantiles et de la lutte contre « la menace islamiste ».

Voir en ligneLire cet article sur le site d’Orient 21

Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du CETRI.