Climat et développement, une articulation souhaitable

L’attitude des pays du Sud face au changement climatique est influencée par trois facteurs : l’asymétrie entre les causes (émission) et les effets (impact), entre les capacités et les responsabilités des nations ; la préoccupation de ces pays quant à leur développement économique dans les prochaines décennies et enfin, leur faible pouvoir au sein des négociations internationales. Les principales faiblesses de l’approche dominante en matière de changements climatiques résident dans la primauté accordée aux efforts de réduction basés sur des « droits » plutôt que sur des « responsabilités » ; dans l’attention apportée à la rentabilité plutôt qu’à l’équité ; dans la faible appréciation des différences objectives (historiques, institutionnelles, niveaux de développement…) existant entre pays. Tant le développement que les politiques en matière de changement climatique – et l’articulation indispensable des deux –dépendent étroitement des rapports de force entre pays, de l’équité souhaitable dans les échanges et de la paix à conquérir entre tous les peuples. A ces conditions, une coopération mondiale pour un développement durable est praticable. 

Changements climatiques. Impasses et perspectives

Changements climatiques. Impasses et perspectives

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir