Bolivie : vivir bien, « évisme » et division des mouvements sociaux

L’arrivée d’Evo Morales à la présidence de la Bolivie avait fait naître beaucoup d’espoir, en particulier chez ceux qui en attendaient l’adoption du nouveau paradigme du Vivir Bien. Las, le modèle qui s’est imposé est celui d’une modernisation classique qui, en dépit de bons résultats macroéconomiques, n’est pas sans effet sur l’environnement et les peuples indigènes. Face à une telle évolution, les mouvements sociaux sont divisés.

Télécharger bolivie_vivir_bien_evisme_et_division_des_mouvements_sociaux.pdfPDF - 754.5 ko