Banque mondiale et droits humains : une aversion réciproque ?

En août 2015, le rapport sur Extrême pauvreté et les droits humains était soumis à l’Assemblée générale de l’ONU. Centré sur la politique mise en œuvre par la Banque mondiale, ce document, très critique, présente plus globalement un aperçu des fondements du néolibéralisme.

Télécharger Banque mondiale et droits humains : une aversion réciproque ?PDF - 265.1 ko

Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du CETRI.