Au-delà de Kyoto, défis du changement climatique pour l’Inde et pour le monde

Le Conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui s’est tenue à Montréal en décembre 2005 a encouragé le monde à se montrer plus ambitieux que le Protocole de Kyoto. Ce dernier pèche par la modestie de ses objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et par les marges de manœuvre trop lâches qu’il laisse aux principaux pollueurs pour « profiter » ou se jouer du marché du carbone. Les tendances à la hausse des émissions et du réchauffement enregistrées dans le monde et en Inde en particulier sont pourtant sans précédent. Leurs effets négatifs sont déjà patents et s’annoncent désastreux : cyclones, inondations, sécheresses… L’attitude des pays du Sud à forte croissance, comme l’Inde, qui rejettent l’entière responsabilité de la situation sur les pays du Nord et prétexte la pauvreté de leur population pour ne pas freiner leurs émissions de gaz, est irresponsable et hypocrite. Elle protège le consumérisme glouton de leurs élites et sous-estime la part croissante de leurs industries dans les émissions de CO2 actuelles. Des mesures volontaristes de réduction des niveaux élevés de consommation s’imposent.

Changements climatiques. Impasses et perspectives

Changements climatiques. Impasses et perspectives

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir