Afghanistan : échecs du state building sous perfusion et coercition

La reconstruction de l’État afghan soulève une série de questions liées aux capitaux investis, aux moyens de coercition et à la légitimité. Les deux premiers termes n’ont pas induit le dernier. Les stratégies mises en place sont apparues limitées, voire contre-productives. Mais dans quelle mesure et jusqu’à quel point le state building peut-il être assisté et dépendant de pouvoirs extérieurs dans un schéma qui emprunte aux pratiques
coloniales ?

Télécharger Afghanistan : échecs du state building sous perfusion et coercitionPDF - 262.6 ko
(Re-)construire les États, nouvelle frontière de l'ingérence

(Re-)construire les États, nouvelle frontière de l’ingérence

Cet article a été publié dans notre publication trimestrielle Alternatives Sud

Voir